La semaine dernière, Amir Khadir a profité de la tragédie de Lac-Mégantic pour faire son fin finaud à propos de notre supposée dépendance au pétrole.  Selon le leader maximo de l’Île-aux-génies, des solutions de rechange existent.  Il a notamment parlé de l’hydrogène.

L’hydrogène, vraiment ?

Aux États-Unis, l’Académie Nationale des sciences a évalué les dommages environnementaux générés par des véhicules utilisant différents types d’énergie, de leur construction jusqu’à leur mise au rancard.  Les résultats risquent de décevoir les écolos-marxistes…

Énergie Pétrole

Les énergies que l’on dit vertes sont en réalité les plus sales !

Une voiture utilisant l’essence produite à partir des sables bitumineux est moins polluante que les voitures électriques, hybrides et à l’hydrogène !  Même que contrairement à ce qu’affirme le camarade Khadir, l’hydrogène est la plus polluante forme d’énergie !

La voiture la plus propre utilise le gaz naturel.  Le gaz de schiste, pour ceux qui l’ignorent, c’est du gaz naturel !  Mais au Québec, on ne veut plus du gaz de schiste depuis qu’on s’est fait laver le cerveau par des films de propagande et des artistes en manque d’attention.

Si la gauche déteste tant le pétrole, ce n’est pas parce qu’elle aime l’environnement, mais parce que le pétrole est devenu un symbole du capitalisme, de progrès sociaux économiques et de modernité.  Les gauchistes ne s’intéressent à l’environnement que dans la mesure où, en feignant de le défendre, ils s’en servent pour attaquer le néolibéralisme. C’est probablement ce qui explique leur peu d’intérêt pour les sables bitumineux vénézuéliens (nationalisés) ou leurs intérêts pour les énergies prétendument vertes (qui existent uniquement grâce à l’étatisme).

Source:
National Academy of sciences
Hidden Costs of Energy: Unpriced Consequences of Energy Production and Use