PipelineSelon les gauchistes, quand le gouvernement s’occupe de quelque chose, ce quelque chose devient automatiquement plus sécuritaire.  Par exemple, si le gouvernement s’occupait de gérer les chemins de fer, il n’y aurait jamais d’accidents de train.

Vraiment ?

En URSS, l’exploitation des ressources pétrolières était entièrement sous contrôle étatique. Donc, selon la logique des socialistes, l’industrie pétrolière soviétique était plus propre que l’industrie pétrolière occidentale (capitaliste).

En URSS, les pipelines ont déversé en annuellement moyenne 371 tonnes métriques de pétrole par 1000 km de pipeline. Pendant ce temps dans l’occident capitaliste*, les déversements se sont élevés à seulement 116 tonnes métriques par 1000 km de pipeline. De plus, les chiffres relatifs aux déversements en URSS sont probablement sous-estimés.

De plus, on estime qu’en URSS 57% des déversements de pétrole étaient majeurs contre seulement 30% pour leur équivalent capitaliste.

On attribue ces différences à du personnel incompétent, l’utilisation de matériaux de mauvaise qualité, l’indifférence face aux questions environnementales, l’omission d’installer des contrôles de sécurité, le manque d’entretien et l’absence d’imputabilité en cas d’accident.

Un entrepreneur, quand il déconne, met le futur de son entreprise en jeu.  C’est un puissant incitatif à ne pas déconner.  Quand une compagnie gouvernementale déconne, tout le monde s’en fiche puisque les fonfons ne seront jamais responsables de rien et la compagnie ne pourra jamais faire faillite.

Les fonfons ont autant de raisons que les entrepreneurs de tourner les coins ronds, on ne devient pas soudainement vertueux parce qu’on travaille pour l’État.  Par contre, puisque l’entrepreneur s’expose à des sanctions beaucoup plus sévères que le fonfon, on incitera ce dernier à marcher dans le droit chemin.

Un exemple concret ?

Selon les chiffres les plus récents, il y a eu 619 décès au Québec à cause d’une infection par Clostridium difficile attrapée dans un hôpital sale i.e. des décès évitables si on était moins négligeant. Les politiciens et les fonfons responsables de cette situation n’ont de compte à rendre à personne. Pourtant, ils mériteraient d’avoir le même traitement médiatique qu’Edward Burkhard.

*La majeure partie du pétrole circule dans des pipelines appartenant à des consortiums formés de Total S.A., ExxonMobil, BP, Royal Dutch Shell, BASF et ConocoPhillips.

Source:
World Bank
Russia Pipeline Oil Spill Study