Dans une société, plus un gouvernement distribue de permis et d’autorisations, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir un permis ou une autorisation.

Dans une société, plus un gouvernement distribue de contrats, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir un contrat.

Dans une société, plus un gouvernement distribue de subventions, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir une subvention.

Dans une société, plus l’État est gros et omniprésent, plus il y a de possibilités de corruption…

Cette relation entre la taille de l’État et la corruption n’est pas que théorique.  Dans la réalité, il est possible de mesurer objectivement ce phénomène.

La Banque Mondiale publie chaque année le classement « Doing Business » qui détermine dans quelle mesure l’intervention de l’État et la réglementation entravent le développement du secteur privé. Voici ce qu’on obtient quand on met en relation cet indice avec un second indice qui mesure le niveau de corruption (l’indice de corruption provient de Transparency International):

Corruption Québec

On observe une relation positive relativement forte entre le niveau de corruption et le niveau de réglementation d’un pays i.e. plus il y a de réglementation, plus les niveaux de corruption augmentent.

On peut aussi faire le même exercice avec l’indice de liberté économique calculé par le Heritage Foundation:

Corruption Québec

On peut observer une forte relation négative entre le niveau de corruption et le niveau de liberté économique i.e. moins le gouvernement intervient dans l’économie, moins il y a de corruption.

Désormais, vous saurez quoi répondre à un gauchiste qui remet en doute la relation qui existe entre la taille de l’état et le niveau de corruption.

Pourquoi je vous parle de tout ceci ?

La semaine dernière, on a appris que la firme Dessau était menacée de fermeture puisqu’elle avait été mise sur une liste noire par l’Autorité des marchés financiers.   Pour les cinq prochaines années, Dessau ne pourra pas obtenir de contrat du gouvernement…  Or, les contrats gouvernementaux représentent 75% des activités de Dessau !  Le problème ce n’est pas Dessau, mais bien la place démesurée que prend le gouvernement dans notre économie ! Dans une société, plus un gouvernement distribue de contrats, plus les gens auront un incitatif à recourir aux pots-de-vin pour obtenir un contrat…

En ce moment, en s’en prenant aux firmes comme Dessau, le gouvernement ne fait que traiter les symptômes de la corruption.  Si les politiciens veulent s’attaquer à la source du problème, ils devront réaliser qu’ils ont trop de pouvoir et que trop d’argent circule dans leurs mains…

Sources:
Doing Business
Doing Business Ranking

Heritage Foundation
Index of Economic Freedom

Transparency International
http://cpi.transparency.org/cpi2012/