Lors d’une fête prétendument nationale, le pape de l’île aux génies, Guy A Lepage, a affirmé que si le Québec était dans le trou (au moins il reconnaît que nous sommes dans le trou), c’est à cause des méchants paradis fiscaux:

« C’est à cause d’eux si on doit tous s’endetter davantage pour combler ce qu’ils nous ont volé »…

Vraiment ?

De l’aveu même du leader maximo, citant Statistique Canada, à l’échelle canadienne c’est 170 milliards de dollars qui seraient cachés dans les paradis fiscaux. Sachant que le Québec représente environ 20% de l’économie canadienne, on peut supposer que des 170 milliards, 34 sont d’origines québécoises.

Cela peut sembler une grosse somme, mais sachez que si demain matin, avec un coup de baguette magique, le gouvernement du Québec pouvait saisir tout cet argent, il pourrait rembourser à peine 13,3% de la dette qui s’élève à 256 milliards. Désolé mais on est loin du compte…

Donc, quand le Sean Penn des pauvres affirme que c’est à cause de l’évasion fiscale qu’on a dû s’endetter, vous pouvez répondre tous en coeur: bullshit ! Si le Québec est dans le trou, c’est à cause de nos programmes sociaux qui sont devenus des machines à acheter des élections (comme pour la construction, mais sur une échelle bien plus vaste et avec notre assentiment).

De plus, encore une fois, les gauchistes sont incapables de faire un constat fondamental: les paradis fiscaux ne sont pas un problème, ils sont le symptôme d’un problème i.e. s’il y a des paradis fiscaux, c’est parce qu’il y a des enfers fiscaux (dont le Québec fait partie)!

Et si au lieu de dénoncer l’évasion fiscale, on faisait du Québec un paradis fiscal ! Il vaut mieux taxer 100$ à un taux de 1% que de taxer 0$ à un taux de 50%, le 100$ ayant fui vers le pays qui taxe à 1%…