Antagoniste


6 juin 2013

L’incompétence gouvernementale, un concept infini… Coup de gueule Économie En Vidéos États-Unis Québec

Le système « AgileTrac » a été développé par la compagnie GE Healthcare pour les hôpitaux.  Ce système de géolocalisation permet de savoir à tout moment où se trouvent les patients, l’équipement, les lits disponibles et le personnel soignant de l’hôpital.  Il permet aussi d’intégrer l’utilisation des équipements par les employés sur une même plate-forme informatique.  Par exemple, il peut avertir un médecin de se laver les mains en faisant une association entre un médecin, une consultation auprès d’un patient et l’utilisation d’une station de lavage de main.

L’hôpital floridien « Medical Center in Aventura » qui compte 400 lits, estime que ce système a fait économiser 3 000 heures de travail uniquement pour l’étape consistant à donner les congés d’hôpitaux aux patients.

Pendant ce temps, le gouvernement a dépensé 1,6 milliard de dollars depuis 7 ans pour mettre en place un truc aussi banal qu’un dossier de santé électronique… D’ailleurs on peut parier que ce système sera obsolète lors de sa mise en place prévue pour 2015…

Si le gouvernement du Québec avait décidé de produire un téléphone intelligent, voici ce qu’on aurait probablement obtenu en investissant quelques milliards de dollars sur une période de 10 ans…

iPhone Du Gouvernement


6 juin 2013

Les droits humains, un produit du capitalisme ! Économie International Philosophie

Enjoy CapitalismRésultats très intéressants d’une enquête menée dans 39 pays par le Pew Research Center au sujet de l’acceptation de l’homosexualité.

Cette étude montre qu’il existe un lien direct entre l’acceptation de l’homosexualité et le PIB par habitant: plus le PIB est élevé, moins les homosexuels sont victimes de pratiques discriminatoires.  On évalue que pour chaque 620$ de PIB par habitant, la tolérance envers les homosexuels augmente de 1 point de pourcentage dans la population (R2=0,57).  Les gens qui désirent un monde plus tolérant devraient donc souhaiter un monde plus capitaliste !

Cette relation entre le capitalisme et la tolérance ne devrait surprendre personne.  Une personne dont la principale préoccupation consiste à trouver de quoi se nourrir tous les jours ne risque pas d’avoir beaucoup de temps à consacrer aux droits des homosexuels, à l’égalité homme/femme et à la décriminalisation de la marijuana. Ces revendications demandent l’existence d’un certain confort matériel.

Cette situation illustre un paradoxe qui divise le mouvement conservateur et socialiste. Les libertés sociales, pour exister, ont besoin des libertés économiques et les libertés économiques ont pour conséquence l’émancipation sociale.  Or, si les conservateurs sont en faveur des libertés économiques, ils condamnent les libertés sociales qui en découlent.  De leur côté, les socialistes veulent plus de libertés sociales, mais ils condamnent le capitalisme qui les rend possibles…

Source:
Pew Research Center
The Global Divide on Homosexuality


6 juin 2013

Vive le crack ! Canada Économie Revue de presse

The Globe And Mail

$248-million surplus ‘positive proof’ of Ford’s cost-cutting, budget chair says
The Globe And Mail

Toronto finished 2012 with a $248-million surplus, and although the city is still facing some significant fiscal constraints, its budget chair says the numbers are rare good news for Mayor Rob Ford.

The figures, released on Tuesday as part of a staff report that will go before the budget committee later this week, come as the mayor tries to turn the page on allegations he was caught on video using crack cocaine. The mayor has said he does not use the drug and no such video exists.

Councillor Frank Di Giorgio, who took over as budget chair when councillor Mike Del Grande stepped down earlier this year, said in an interview that the mayor will no doubt welcome the staff report.

“In his eyes, it will essentially indicate that there’s positive proof of his focus on finding efficiencies,” he said.

The city’s 2012 surplus for its more than $9-billion budget is thanks in part to higher than expected land transfer taxes, unfilled vacancies and underspending by the Toronto Transit Commission.

Entre un maire qui aurait fumé du crack, mais qui gère bien sa ville et un autre qui est blanc comme neige, mais qui utilise l’argent des contribuables pour ériger un monument à sa gloire, mon choix est simple: j’y vais avec celui qui aurait fumé du crack !