Plusieurs nuits d’émeute dans les banlieues suédoises…  Comment peut-on expliquer un pareil phénomène…  Voici ce qu’en pense Ingrid Carlqvist, une journaliste suédoise:

« Every time they riot, they get more money, that’s the way it works ».

Voilà qui évoque les carrés rouges d’un certain printemps minable…

Ceci n’est pas sans rappeler non plus un passage du livre Murder in Amsterdam, d’Ian Buruma, écrit suite à l’assassinat de Theo van Gogh…

Murder in Amsterdam

"Europeans are proud of their welfare states, but they were not designed to absorb large numbers of immigrants. Immigrants appear to fare better in the harsher systems of the United States, where there is less temptation to milk the state. The necessity to fend for oneself encourages a kind of tough integration."

Fredrik Segerfeldt, un autre suédois, va dans le même sens dans un article publié dans le Wall Street Journal dans lequel il explique que la solution à ces émeutes consisterait à laisser les écarts de richesses augmenter !