Voici l’évolution de la rémunération hebdomadaire moyenne (incluant le temps supplémentaire) dans les dix provinces canadiennes depuis 1991 (année pour laquelle les statistiques débutent):

Déclin Québec

En 1991, avec une rémunération hebdomadaire moyenne de 545,45$, le Québec arrivait en 3e position.  Une excellente performance, nous étions même devant l’Alberta ! En 2012, même si la rémunération hebdomadaire moyenne est passée à 822,68$,  la province a dû se contenter d’une médiocre 8e position.  Une telle dégringolade au classement représente une catastrophe économique sans nom.

Ce déclin a été causé par une croissance anémique de la rémunération hebdomadaire moyenne, pendant que le Québec marche, les autres provinces sont au pas de course:

Déclin Québec

Le Québec est bon dernier.  Avec sa croissance annuelle moyenne de 1,98%, nous sommes la seule province sous la barre du 2,00%.  En 2012, la rémunération hebdomadaire moyenne du Québec était uniquement supérieure à celle du Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard.  Par contre, quand on regarde leur croissance,  on se doit de conclure que c’est une question de temps avant que ces trois provinces ne rattrapent et dépassent le Québec.

Depuis 1992, en moyenne le Québec a occupé la 7e position (sur 10) au chapitre de la croissance annuelle moyenne de la rémunération hebdomadaire moyenne.  Voici l’évolution de la position du Québec ces vingt dernières années…

Déclin Québec

Sauf en 1992, 2001 et 2003, le Québec a toujours occupé la deuxième moitié du classement…  Sans conteste, une des séries de graphiques les plus déprimantes que j’ai publiée sur mon blogue…

Questions aux gauchistes: pouvez-vous m’indiquer sur ce graphique quand le modèle québécois a fonctionné ?

P.-S. Il est ironique de constater que la régression soit un trait commun à toutes les idéologies progressistes…

Source:
Statistique Canada
Tableaux 281-0027