Modèle SuédoisEn 2001, Tommy Evaldsson était un ouvrier de la construction en Suède. Comme tout bon ouvrier de la construction, ce dernier était obligé de verser une cotisation syndicale qui représentait 1,5% de son salaire pour permettre au syndicat de superviser les différents chantiers de construction et s’assurer que les exigences de la convention collective étaient appliquées.

Mais Tommy Evaldsson trouvait que la cotisation à payer était très élevée compte tenu des services rendus. Non seulement il ne pouvait pas avoir accès aux bilans financiers détaillés du syndicat pour savoir où son argent était dépensé, mais il était aussi fortement indisposé par le militantisme politique de l’establishment syndical. Jugeant qu’il était plausible que le syndicat utilise sa cotisation pour faire la promotion d’idées politiques qui le rebutaient, Tommy Evaldsson s’est adressé à la Cour européenne des droits de l’homme pour demander le droit de ne plus payer de cotisation syndicale.

La décision du tribunal fut sans appel. Les juges ont considéré que les bilans financiers incomplets des syndicats ne permettaient pas d’exclure la possibilité que la cotisation syndicale de Tommy Evaldsson ait pu être utilisée pour faire la promotion d’une idéologue politique. De plus, obliger une personne à payer pour faire la promotion de valeurs auxquelles il n’adhère pas représente une violation des droits de l’homme. Par conséquent, en Suède, les syndicats sont désormais obligés de produire des bilans financiers détaillés et les travailleurs ont la possibilité de refuser de payer la partie de la cotisation syndicale qui n’est pas utilisée pour négocier et faire appliquer la convention collective. Autrement dit, les ouvriers ne sont pas obligés de payer la part de la cotisation syndicale qui est utilisée pour faire de la politique !

Imaginez si on proposait une telle chose au Québec… Obliger les syndicats à produire des états financiers détaillés et rendre une partie de la cotisation syndicale volontaire… La prochaine fois qu’un gauchiste vous dira qu’en Suède le taux de syndicalisation est plus élevé qu’au Québec, vous pourrez lui dire qu’en Suède, contrairement au Québec, les syndicats sont aux services des travailleurs, pas d’une idéologie politique !

Source:
Cour européenne des droits de l'homme
CASE OF EVALDSSON AND OTHERS v. SWEDEN

À lire aussi: