Antagoniste


7 mai 2013

Bangladesh, une vérité qui dérange Économie En Vidéos International Mondialisation

Sweatshop

L’effondrement de l’édifice Rana Plaza, une sweatshop située au Bangladesh, représente une tragédie sans nom…  Par contre, s’il est normal de s’indigner des risques pris par le propriétaire des lieux et d’exiger que la justice punisse le responsable, il ne faudrait pas jeter le bébé avec l’eau du bain…

Dans Le Devoir, on décrit les sweatshop bangladeshies comme étant des « ateliers de misère ».  Certains vont même jusqu’à dire que ces usines appauvrissent les pays dans lesquels elles s’installent.  La réalité est tout autre…  Voici une vérité qui risque de déranger les gauchistes…

Au Bangladesh, le salaire horaire dans les sweatshops est de 52¢/h*.  Cela peut sembler très peu, la plupart diront même que les ouvriers sont exploités.  Donc, une personne travaillant 8 heures par jour dans un sweatshop aura droit à un salaire quotidien de 4,16$*. Ce qu’il faut savoir c’est qu’au Bangladesh 76,5% de la population vit avec moins de 2$* par jour !

Donc, travailler 8 heures par jour 5 jours par semaine dans une sweatshop bangladeshie permet de gagner 20,8$* par semaine.  Pendant ce temps, les ¾ de la population doivent se contenter d’un salaire hebdomadaire qui sera, dans le meilleur des cas, inférieur à 14$*.

Contrairement à ce qu’on peut entendre à gauche, les sweatshops n’appauvrissent pas les pays, ils les enrichissent !  Il ne s’agit pas ici de dire que le travail dans ses usines est facile ou que la tragédie du Rana Plaza est acceptable, mais seulement de prendre conscience que les sweatshops sont, pour beaucoup de gens dans les pays pauvres, un tremplin vers une vie meilleur, une opportunité de laisser à ses enfants une vie plus facile.  Ce n’est pas pour rien si des gens décident d’aller travailler dans les sweatshops, ils ne sont pas obligés, ils le font, car l’alternative est encore pire !  Donc, quand la gauche « solidaire » parle de faire fermer les sweatshops dites-vous bien ceci: qui veut faire l’ange fait la bête…

Pour bien comprendre l’utilité économique des sweatshops, deux extraits du documentaire « Globalisation is good » de Johan Norberg. Voici comment la mondialisation, via les sweatshops, peut sortir un pays de la pauvreté.

1-Comment les sweatshops rendent les Vietnamiens plus riches et plus instruits:

2-en une génération, grâce au sweatshops, Taïwan est devenue une capitale mondiale de la haute technologie:

*Tous les montants présentés dans ce billet sont exprimés en dollars internationaux ajustés au pouvoir d’achat.

Source:
Banque Mondiale
Bangladesh

Cliquez ici pour lire la suite »


7 mai 2013

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (30 avril-6 mai) selon Influence Communication:

Les séries éliminatoires dans la LNH monopolisent l’actualité au Québec et dans le reste du Canada. Dans les médias québécois, la série Montréal-Ottawa est au premier rang de l’actualité. Ailleurs au Canada, la série Boston-Toronto est au sommet de l’actualité. Sur Twitter, les mots clés liés au Canadien sont les plus utilisés au Québec.

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: j’ose faire la prédiction suivante. Si le CH avait fait les séries l’an passé, il n’y aurait pas eu de printemps érable. Les gens auraient été trop absorbés par le hockey pour taper sur des chaudrons et les médias trop préoccupés par les performances de Carey Price pour s’occuper de la crise de bacon d’enfant-rois…

Source:
Influence Communication


7 mai 2013

La tolérance et la gauche Coup de gueule États-Unis Hétu Watch Revue de presse

The Washington Times

Top South Carolina Democrat wants to send Gov. Haley ‘back to wherever the hell she came from’
The Washington Times

A spokesman for South Carolina Gov. Nikki Haley (Republican) fired back Friday after it was reported the state’s Democratic Party chairman made a snide comment regarding her heritage.

Dick Harpootlian, a longtime Democratic leader, reportedly told a group of Democrats at a dinner that the Democratic challenger would send “Nikki Haley back to wherever the hell she came from,” Yahoo News’ Chris Moody tweeted Friday night.

Mrs. Haley was born in South Carolina to two Indian parents.

“Unfortunately, this seems to be a trend coming from the South Carolina Democratic Party,” Haley spokesman Rob Godfrey told BuzzFeed. “Fortunately, the people of South Carolina are better than Harpootlian and his ilk, and we have faith that they will see right through their consistent attempts to play to the lowest common denominator.”

Si un républicain avait dit à Obama « retourne d’où tu viens », tous les « Richard Hétu » de la planète auraient, avec raison, dénoncé ces propos racistes. Mais là puisque la victime est une républicaine d’origine indienne, silence radio…

Ça me fait penser à Bill Richardson, un autre démocrate, qui a dit en fin de semaine que le sénateur latino-américain Ted Cruz n’était pas un vrai Latino-Américain puisqu’il était un républicain

Il y a toujours eu et il y aura toujours un racisme latent dans le mouvement progressiste…