Il ne sert à rien de précipiter l’exploitation de nos ressources naturelles puisque plus on attend, plus leurs prix vont augmenter et plus on pourra s’enrichir…

C’est un discours que vous avez sans doute déjà entendu chez les gauchistes.  Heureusement que l’Alberta n’a pas eu le même raisonnement sans quoi le Québec devrait se contenter d’un chèque de péréquation beaucoup plus maigre…  C’est un peu comme si un assisté social décidait de retarder son entrée sur le marché du travail en se disant que plus le temps passe, plus le salaire minimum risque d’augmenter…

Mais est-ce vrai, le prix des ressources naturelles augmente-t-il dans le temps au point où il pourrait être profitable d’en retarder l’exploitation ?  Malheureusement pour les gauchistes, les chiffres racontent une autre histoire…  Voici ce qu’on obtient lorsque l’on compare l’évolution du prix des matières brutes, incluant les combustibles, et l’inflation depuis 1981 (début de la compilation de Statistique Canada).

Ressource Naturelle

Sur une période de 32 ans, l’inflation a autant progressé que le prix des matières premières i.e. quand on tient compte de l’inflation, le prix est resté le même !  Donc une personne qui en 1981 aurait décidé d’attendre en 2013 pour exploiter une quelconque ressource naturelle  aurait empoché, en dollars constants, la même somme d’argent !  Il est donc faux de dire que retarder l’exploitation de ressource naturelle peut être profitable.

Mais comment cela est-il possible.  Les ressources naturelles étant limitées, leur utilisation nous rapproche tous les jours d’une pénurie, ce qui devrait faire augmenter les prix.  C’est l’économiste Julian Simon qui a su expliquer ce paradoxe en faisant valoir que plus une ressource devenait rare, plus on incitait les gens à utiliser un produit de remplacement et la mise au point de solution de rechange dépend uniquement de la créativité humaine !

Dans son livre The Ultimate Resource, l’économiste Julian Simon a expliqué pourquoi l’humanité n’aura jamais à craindre une pénurie de ressources naturelles:

« Natural resources are not finite in any meaningful economic sense, mind-boggling though this assertion may be. The stocks of them are not fixed but rather are expanding through human ingenuity. »

Selon Simon, la plus grande ressource naturelle disponible sur Terre, c’est la créativité humaine et cette ressource est… inépuisable. Voilà pourquoi depuis 30 ans il n’y a pas eu de pénurie de ressources naturelles et que le prix de ces dernières est resté le même.

Prenons l’exemple du cuivre. En 1966, on annonçait des pénuries massives de ce minerai, notamment parce que la Chine avait décidé d’installer des lignes téléphoniques sur l’ensemble de son territoire, ce qui nécessitait à l’époque l’utilisation de fil de cuivre. Trente-deux ans plus tard, cette pénurie ne s’est toujours pas produite. Pourquoi ? Entre autre parce que depuis 1966, la fibre optique, fabriquée à partir de sable, a remplacé le fil de cuivre !  Le génie humain au travail !

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 330-0007 et 326-0020