Antagoniste


8 avril 2013

Qui suis-je ? Économie Environnement États-Unis

TexasGrâce à moi, 4,69 milliards de dollars ont été versés en salaire dans ma communauté.

Grâce à moi, le PIB de ma communauté a été augmenté de 28,43 milliards de dollars.

Grâce à moi, le gouvernement local a augmenté ses revenus de 1,01 milliard de dollars.

Grâce à mois, les revenus de l’État ont augmenté de 1,24 milliard de dollars.

Je suis le dépôt d’hydrocarbure de schiste d’Eagle Ford au Texas !  En passant, en 2012 il y avait 2 983 puits d’extraction de gaz et de pétrole de schiste dans la région d’Eagle Ford. Pourtant on ne dénombre aucune catastrophe environnementale, de décès ou d’explosion de robinet…  En 2022, on prévoit qu’il y aura plus de 24 000 puits en exploitation.  Encore une fois, le Québec manque le bateau…

Source:
Institute for Economic Development
Economic impact of the Eagle Ford Shale


8 avril 2013

Plus d’inégalités mais… moins de pauvreté ! Économie En Chiffres Québec

Une légende urbaine largement propagée par la gauche veut qu’une augmentation des inégalités implique nécessairement une augmentation de la pauvreté.  Ces derniers sont incapables de concevoir qu’il vaut mieux obtenir 10% d’une targe de 10 000 grammes que 50% d’une tarte de 500 grammes.

Pour s’en convaincre, on peut aussi regarder l’évolution de la part du revenu que s’accapare le 1% des Québécois les plus riches avec l’évolution du revenu du groupe de revenu du 50% inférieur:

Richesse Québec
Revenu exprimé en dollars constants de 2002.

Le graphique est assez clair, en aucun moment il ne permet de conclure qu’une augmentation des écarts de richesses (la part du revenu monopolisé par les plus riches) implique une érosion des revenus pour les plus pauvres.

Si à partir du milieu des années 90, le groupe du 1% le plus riche s’accapare une plus grande part des revenus, les revenus des pauvres augmentent aussi de manière appréciable.  En fait, on remarque que c’est lorsque les riches s’enrichissent le plus que le revenu des pauvres est tiré vers le haut. Des chiffres vont dans le sens de la théorie du trickle-down economic i.e. les riches sont des locomotives économiques qui entraînent les sociétés dans leurs sillages.

En d’autres mots, quand les riches s’enrichissent on obtient un moins gros pourcentage de la tarte, mais comme la grosseur de la tarte est augmentée, on finit quand même avec un plus gros morceau !

Donc la prochaine fois qu’un gauchiste vous parlera de la dramatique augmentation des inégalités sôôôôôôciales, vous saurez quoi lui répondre !

Source:
Statistique Canada
Tableaux 204-0002


8 avril 2013

Les sceptiques ont la cote Environnement International Revue de presse

The Star-Ledger

Climatologists are no Einsteins, says his successor
The Star-Ledger

Freeman Dyson is a physicist who has been teaching at the Institute for Advanced Study in Princeton since Albert Einstein was there. When Einstein died in 1955, there was an opening for the title of « most brilliant physicist on the planet. » Dyson has filled it.

So when the global-warming movement came along, a lot of people wondered why he didn’t come along with it. The reason he’s a skeptic is simple, the 89-year-old Dyson said when I phoned him. « I think any good scientist ought to be a skeptic, » Dyson said.

« I just think they don’t understand the climate, » he said of climatologists. « Their computer models are full of fudge factors. » « The models are extremely oversimplified, » he said. « They don’t represent the clouds in detail at all. They simply use a fudge factor to represent the clouds. »

Dyson said his skepticism about those computer models was borne out by recent reports of a study by Ed Hawkins of the University of Reading in Great Britain that showed global temperatures were flat between 2000 and 2010 — even though we humans poured record amounts of CO-2 into the atmosphere during that decade.

So why does the public hear only one side of this debate? Because the media do an awful job of reporting it. « They’re absolutely lousy, » he said of American journalists. « That’s true also in Europe. I don’t know why they’ve been brainwashed. »

Depuis quelque temps, de plus en plus de scientifiques osent remettre en doute la théorie du GIEC sur les changements climatiques.