Dans les jours qui ont suivi son élection, le gouvernement péquiste a menacé d’un moratoire permanent l’industrie des gaz de schiste qui devait déjà vivre avec un moratoire temporaire. Depuis, les déclarations incendiaires se sont enchaînées. Voici comment a évolué le titre de Junex, petite compagnie québécoise spécialisée dans l’exploitation de cette ressource, depuis l’élection du PQ: (comparé à l’indice référentiel S&P/TSX Capped Energy Index Fund)

Junex

Pétrolia, une petite compagnie de Rimouski aurait pu enrichir les Gaspésiens en exploitant le pétrole dans cette région du Québec. Depuis septembre 2012, Gaspé s’efforce de chasser Pétrolia de son territoire, une démarche qui a reçu l’appui des péquistes en début d’année. Voici comment a évolué le titre de Pétrolia depuis l’élection du PQ: (comparé à l’indice référentiel S&P/TSX Capped Energy Index Fund):

Petrolia

Strateco est une compagnie québécoise fondée en 2006 pour exploiter l’un des tout premiers gisements d’uranium au Québec, la mine Matoush au nord de Chibougamau. La Saskatchewan exploite des mines d’uranium depuis près de 40 ans. Dans les jours suivant son élection, Pauline Marois était ouverte au projet de Strateco. En octobre 2012 par contre, Daniel Breton, alors ministre de l’Environnement, a signifié son intention de demander un BAPE. En février 2013, un nouveau ministre de l’Environnement revient à la charge en annonçant qu’il désire une vaste consultation sur la question. Fin mars, sentence de mort, le PQ annonce un moratoire. Voici comment a évolué le titre de Strateco depuis l’élection du PQ: (comparé à l’indice référentiel S&P/TSX Global Mining Index Fund):

Strateco

Le PQ est à l’économie ce qu’un coup de pelle dans la face est à la chirurgie plastique.

Source:
Yahoo Finance
Market Stats