Antagoniste


5 avril 2013

Le mirage fiscal (où pourquoi les paradis fiscaux ne m’empêchent pas de dormir) Économie Gauchistan International

Science humaine sans mathSi on en croit les gauchistes, si ce n’était de l’évasion fiscale, nos gouvernements seraient en mesure d’équilibrer leurs budgets sans grands problèmes.  Si seulement les méchants consentaient à se laisser tondre, sans trop rouspéter, notre vie serait si simple.  Pour un gauchiste, l’argent des riches devrait appartenir à la société, m’enfin c’est un autre débat.

La Presse a révélé hier qu’il existait entre 20 000 et 30 000 milliards de dollars dans les « paradis fiscaux ».  Je vous vois déjà saliver devant cette somme que vous jugez sans doute colossale.  Mettons les choses en perspective…  La dette de l’ensemble des gouvernements sur notre planète s’élève à 50 344 milliards de dollars !  Donc si les gouvernements trouvaient un moyen d’aller chercher la totalité des sommes dans les « paradis fiscaux », on pourrait à peine payer la moitié de nos dettes !  Et ce petit manège peut se faire qu’une seule fois alors que les gouvernements seront toujours libres de s’endetter pour les années à venir…

Donc la prochaine fois qu’un gauchiste vous dira qu’on peut régler tous nos problèmes en éliminant l’évasion fiscale, soyez indulgent et dites-vous que vous avez affaire à une personne qui a fait des sciences humaines, sans math.  Gardons aussi en tête que l’Amérique du Nord est l’un des endroits sur la planète où l’évasion fiscale est la moins pratiquée.

Tout ce que les médias n’ont jamais osé vous dire sur les paradis fiscaux:

On l’oublie souvent, mais s’il y a des paradis fiscaux, c’est forcément parce qu’il y a des enfers fiscaux. Au lieu de faire la lutte aux paradis fiscaux, pourquoi ne pas devenir nous même un paradis fiscal pour les contribuables ?

Baisser les impôts, LA solution miracle pour combattre les « paradis fiscaux » !


5 avril 2013

La grande faucheuse péquiste Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Dans les jours qui ont suivi son élection, le gouvernement péquiste a menacé d’un moratoire permanent l’industrie des gaz de schiste qui devait déjà vivre avec un moratoire temporaire. Depuis, les déclarations incendiaires se sont enchaînées. Voici comment a évolué le titre de Junex, petite compagnie québécoise spécialisée dans l’exploitation de cette ressource, depuis l’élection du PQ: (comparé à l’indice référentiel S&P/TSX Capped Energy Index Fund)

Junex

Pétrolia, une petite compagnie de Rimouski aurait pu enrichir les Gaspésiens en exploitant le pétrole dans cette région du Québec. Depuis septembre 2012, Gaspé s’efforce de chasser Pétrolia de son territoire, une démarche qui a reçu l’appui des péquistes en début d’année. Voici comment a évolué le titre de Pétrolia depuis l’élection du PQ: (comparé à l’indice référentiel S&P/TSX Capped Energy Index Fund):

Petrolia

Strateco est une compagnie québécoise fondée en 2006 pour exploiter l’un des tout premiers gisements d’uranium au Québec, la mine Matoush au nord de Chibougamau. La Saskatchewan exploite des mines d’uranium depuis près de 40 ans. Dans les jours suivant son élection, Pauline Marois était ouverte au projet de Strateco. En octobre 2012 par contre, Daniel Breton, alors ministre de l’Environnement, a signifié son intention de demander un BAPE. En février 2013, un nouveau ministre de l’Environnement revient à la charge en annonçant qu’il désire une vaste consultation sur la question. Fin mars, sentence de mort, le PQ annonce un moratoire. Voici comment a évolué le titre de Strateco depuis l’élection du PQ: (comparé à l’indice référentiel S&P/TSX Global Mining Index Fund):

Strateco

Le PQ est à l’économie ce qu’un coup de pelle dans la face est à la chirurgie plastique.

Source:
Yahoo Finance
Market Stats


5 avril 2013

Obama n’a rien appris Économie États-Unis Gauchistan Hétu Watch Revue de presse

The Washington Post

Obama administration pushes banks to make home loans to people with weaker credit
The Washington Post

The Obama administration is engaged in a broad push to make more home loans available to people with weaker credit, an effort that officials say will help power the economic recovery but that skeptics say could open the door to the risky lending that caused the housing crash in the first place.

President Obama’s economic advisers and outside experts say the nation’s much-celebrated housing rebound is leaving too many people behind, including young people looking to buy their first homes and individuals with credit records weakened by the recession. In response, administration officials say they are working to get banks to lend to a wider range of borrowers.

Housing officials are urging the Justice Department to provide assurances to banks, which have become increasingly cautious, that they will not face legal or financial recriminations. Officials are also encouraging lenders to use more subjective judgment in determining whether to offer a loan.

“If you were going to tell people in low-income and moderate-income communities and communities of color there was a housing recovery, they would look at you as if you had two heads,” said John Taylor, president of the National Community Reinvestment Coalition. “It is very difficult for people of low and moderate incomes to refinance or buy homes.”

On sait que la dernière récession a été causée par l’intervention du gouvernement qui a forcé les banques à faire des prêts hypothécaires.

Aujourd’hui, en remettant en place les mesures qui sont directement responsables de la dernière récession, Barack Obama fait la démonstration que son seul et unique talent consiste à lire un télésouffleur…

Et pendant ce temps, voici de quoi on parle au Hétutistan