Science humaine sans mathLa gauche aime bien parler des inégalités de richesse, en voulant nous faire croire, à tort, que cette situation devrait nous scandaliser. Il est aussi possible de démontrer tout le ridicule de ce concept en regardant l’évolution des inégalités en santé.

Une étude publiée il y a quelques mois a montré qu’en 1900, le 1% de la population qui vivait le plus longtemps atteignait l’âge vénérable de 99 ans. À l’opposé du spectre, le 1% de la population qui vivait le moins longtemps mourait avant d’atteindre 1 an. En 2012, le 1% de la population qui vivait le plus longtemps a augmenté son espérance de vie à 108 ans et le 1% de la population qui vivait le moins longtemps atteignait l’âge de 18 ans.

En bref, durant cette période on estime que l’espérance de vie des moins favorisés a crû 8 fois plus rapidement que l’espérance de vie des plus favorisée, et ce, même si durant cette période, les écarts de richesses se sont accrus. Qui a est encore assez bête pour avoir peur des écarts de richesse?

Source:
Economic Bulletin
An Alternative Perspective on Health Inequality