Antagoniste


3 avril 2013

Les taxes et la liberté Économie En Citations États-Unis Philosophie

Coolidge

Extrait d’un discours du président républicain Calvin Coolidge, prononcé à une époque où un politicien pouvait parler de liberté sans être qualifié d’extrémiste…

« I want the people of America to be able to work less for the government and more for themselves. I want them to have the rewards of their own industry. This is the chief meaning of freedom. Until we can reestablish a condition under which the earnings of the people can be kept by the people, we are bound to suffer a very severe and distinct curtailment of our liberty. »


3 avril 2013

Voter avec ses pieds Économie En Chiffres En Images États-Unis Gauchistan

Californie

Des chiffres très intéressants du département du recensement américain publiés il y a quelques semaines au sujet des flux migratoires en Californie pour les années 1955-1960 et 1995-2000.

En 1955, la Californie était vue comme un eldorado pour un grand nombre d’Américains, une oasis de liberté où chacun avait une chance de réaliser son rêve américain.  C’est aussi à cette époque où la désormais mythique Silicon Valley a pris son envol.  Go West, young man, la formule est passée à l’histoire…  Entre 1955 et 1960, environ 611 000 Américains ont immigré vers la Californie.

Malheureusement pour les Californiens, le passé n’a pas été garant du futur…  Petit à petit, l’économie californienne, tout comme celle du Québec, s’est socialisée.  Les interventions du gouvernement dans l’économie se sont multipliées, et pour financer ce Léviathan les taxes et impôts ont dû être augmentés…  Si bien qu’entre 1995 et 2000, c’est 543 000 Californiens sont devenus des réfugiés fiscaux dans d’autres États…  De 1995 à 2000, on a pratiquement effacé tous les gains réalisés entre 1955 et 1960…

Et rien n’indique un renversement de cette tendance, puisque l’appétit du gouvernement pour le portefeuille des contribuables semble sans fin…

Californie, PQ

Une autre démonstration des implications de la courbe de Laffer !  Existe-t-il encore des gauchistes assez fantasques pour nier son existante ?

D’ailleurs, on commence à dire en Californie que le poids du fardeau fiscal pourrait mettre en péril la survie de Silicon Valley !  Message à François Legault: ce ne sont pas les berges du St-Laurent qu’il faut décontaminer, mais les finances publiques !

Sources:
U.S. Census Bureau
Net Migration Between California and Other States: 1955-1960 and 1995-2000

Tax Foundation
Annual State-Local Tax Burden Ranking (2010)


3 avril 2013

Même les Grecs ont fini par comprendre ! Économie Environnement Europe Revue de presse

Le Figaro

Athènes rêve d’or noir
Le Figaro

Pour réduire le déficit et résorber la dette, le premier ministre Antonis Samaras est prêt à tout plutôt que d’adopter de nouvelles mesures d’austérité, aussi impopulaires qu’inefficaces. Tandis que la troïka menace de couper les vivres au pays, sa dernière trouvaille consiste à tirer profit de la richesse supposée des fonds marins compris entre la Grèce et la Turquie.

À Athènes, face au président François Hollande, comme lors d’un récent tête-à-tête avec le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, à Istanbul, Antonis Samaras a fait de l’exploitation de gisements d’hydrocarbures une priorité. Se basant sur des indications préliminaires publiées dans plusieurs rapports internationaux, le premier ministre grec affirme qu’il existe de fortes probabilités de trouver gaz et pétrole au sud de la Crète, ainsi qu’en mer Ionienne.

Pour y voir plus clair, les autorités grecques ont confié, en début d’année, une mission exploratoire à la société norvégienne PGS. Celle-ci vient de s’achever et les résultats seront connus dans deux mois. Si ses espoirs se confirment, la Grèce lancera un appel d’offres aux compagnies de forage internationales pour exploiter ces gisements qui, dans les dix prochaines années, pourraient faire du pays l’un des fournisseurs stratégiques de gaz et de pétrole en Europe.

Même les Grecs ont fini par comprendre que pour se sortir de la merde, un pays devait impérativement ouvrir l’exploitation de ses ressources naturelles au monde. Par contre, ne comptez pas sur l’aile radicale du PQ pour faire ce constat. Au Québec, on est pauvre et les péquistes aiment ça !