Antagoniste


6 mars 2013

Hugo Chavez: flashback… Coup de gueule Gauchistan Venezuela

Je souligne la mort de Chavez en reprenant un billet que j’ai écrit le 21 février 2006 à propos du régime d’Hugo Chavez.  À l’époque, j’étais un gauchiste, mais déjà j’avais une profonde aversion pour les politiciens de la trempe d’Hugo Chavez.  Ce billet m’avait valu une volée de bois vert de mes « amis » gauchistes qui m’avaient qualifié de traître pour avoir osé critiquer le saint homme…  Ce fut le point de départ d’un long chemin (de Damas) qui m’a amené à droite !

Hugo Bush

Imaginez si Bush:

  • Forçait l’abolition du sénat via un référendum, parce que l’opposition démocrate y serait devenue majoritaire…
  • Décidait d’abolir le filibuster pour être en mesure de faire adopter plus facilement ses lois malgré l’opposition…
  • Jugeant que l’opposition n’est pas crédible, décidait d’abolir la loi limitant à 2 le nombre de termes que peut servir un président…
  • Décidait de doubler le nombre de juges à la Cour suprême pour être en mesure de nommer des magistrats pro-républicains pour ainsi prendre totalement le contrôle de cette institution. Le sénat ayant été aboli, cette mesure serait facile à mettre en place…
  • Décidait de doter le parti républicain d’une force paramilitaire…
  • Décidait que les élections allaient désormais être organisées par le parti républicain pour faire en sorte d’étouffer complètement toutes rumeurs de fraude électorale…
  • Jugeant que les médias se livrent à une campagne de propagande contre son parti, décidait d’interdire et de criminaliser toute critique du parti républicain par les journalistes…

Si Bush agissait de la sorte, nul besoin de dire qu’il serait crucifié sur la place publique: dictateur, despote, tyran, les qualificatifs ne manqueraient pas… Mais bien sûr, Bush n’a rien fait de tout ceci.

Par contre, toutes les mesures énumérées ci-dessus ont été prises par Hugo Chavez. Tout ceci sans que personne ne s’indigne… Pourquoi Chavez a droit à un traitement de faveur que jamais on n’oserait donner à Bush ? Il faut être cohérent, si on s’indigne des abus de la présidence de Bush il faut faire de même avec Chavez. Ce n’est pas parce que Chavez s’autoproclame « avatar » de la gauche qu’il doit bénéficier d’une « immunité diplomatique »

Source:
Foreign Policy
Hugo Boss

Quand on voit tous ces démocrates qui ont fait l’éloge de Chavez hier, (ici, ici, ici, ici, ici, ici et ici)  on réalise deux choses: la situation n’a pas vraiment changé depuis 2006 et le parti démocrate est le véritable « stupid party » aux États-Unis.

En bonus, réaction de Bernard Drainville, à l’époque où il était « journaliste » pour Radio-Canada, après une rencontre avec Hugo Chavez: J’ai revu les images que mon caméraman Guillermo a tournées à ce moment-là. J’ai effectivement l’air d’un gamin. Un ami m’a dit : « T’avais l’air d’un enfant qui vient de voir apparaître Guy Lafleur. »

P.-S. Je vous invite à lire les billets sur le Venezuela publiés sur antagoniste, notamment celui sur la criminalité, la production de pétrole et la pollution.


6 mars 2013

Les péquistes: l’idéologie avant l’intelligence Économie En Chiffres Environnement Europe Québec

Depuis le début des années 2000, l’Institut Fraser publie une enquête annuelle internationale auprès des dirigeants de l’industrie minière pour déterminer quel est le territoire le plus attrayant pour l’investissement minier.

Voici comment se compare le Québec à la Suède, le pays préféré des gauchistes (100 représente la meilleure note, 0 la pire).

Mines Québec

Depuis 2009/2010, une forte régression de la position du Québec et une forte progression de la Suède si bien qu’en 2012/2013, la Suède est passée devant le Québec i.e. la Suède, pays préféré des gauchistes, est un territoire plus ouvert aux investissements miniers que le Québec.  En 2012/2013, la Suède se classait 2e sur 96 pays, devancée uniquement par la…  Finlande (un autre pays chouchou des gauchistes) !

Et le Québec ne peut que dégringoler encore plus avec l’imposition de redevances planchers, annoncées hier par le PQ.

Ce n’est pas un hasard si Rio Tinto veut vendre l’Iron Ore.  L’an dernier, ArcelorMittal avait vendu la mine de fer de Cartier.  En marge du Congrès minier de Toronto, plusieurs investisseurs ont avoué avoir peur de venir investir au Québec.  Si les redevances sont augmentées comme le désire Marxiste Ouellet, de 6 à 7 mines pourraient fermées en Abitibi, ce qui représente plusieurs centaines d’emplois.

L’exploitation des ressources naturelles est la seule raison qui justifie l’existence des régions…  ressources !  Ce n’est pas l’exploitation de quelques Bed & Breakfast ouverts quatre mois par année qui permettent à ces régions d’être viables économiquement, mais uniquement l’exploitation des ressources naturelles.  Sans l’exploitation de ces ressources, on condamne ces régions à la misère et, éventuellement, à la fermeture.  Une région ressource sans ressource n’a pas lieu d’être.

La plus grande menace qui pèse sur l’existence des régions ressources, ce n’est pas la réforme de l’assurance-emploi de Stephen Harper, c’est le fanatisme écolo-socialiste des péquistes qui risque de priver ces régions de leur moteur de développement économique.

Rappelons qu’au Québec, de tous les secteurs de l’économie, c’est celui des mines qui versent les meilleurs salaires:

Salaire Québec

Les gens qui travaillent dans le domaine de l’extraction minière et pétrolière gagnent 1 305$/semaine, presque le double de la moyenne de tous les secteurs, qui se chiffre à 784$/semaine.

Voilà qui devrait être pris en considération dans l’éternel (et inutile) débat sur les redevances. Car les emplois créés et les salaires versés, c’est aussi des redevances !

Sources:
Fraser Institute
Survey of Mining Companies: 2012/2013

Statistique Canada
Tableau 281-0027


6 mars 2013

Les groupes extrémistes Coup de gueule États-Unis Gauchistan Revue de presse

The Washington Post

Family Research Council shooter pleads guilty to three felonies
The Washington Post

The shooter of an unarmed security guard at the Family Research Council headquarters last summer was on a mission to target organizations he viewed as anti-gay, and he obtained a gun days before he tried to carry out a plan to kill “as many people as possible,” according to newly disclosed court documents.

New details about Floyd Lee Corkins II emerged Wednesday in federal court, where he admitted to the politically motivated shooting at the conservative think tank in downtown Washington. Corkins, 28, pleaded guilty to three felony charges: a federal charge of transporting a firearm and ammunition across state lines and D.C. charges of assault with intent to kill and committing an act of terrorism while armed.

A detail sure to reignite the culture wars that erupted around the shooting is the fact that Corkins told FBI agents that he identified the Family Research Council as anti-gay on the Web site of the Southern Poverty Law Center. The day after the shooting, Tony Perkins, the president of the Family Research Council, suggested that the center’s labeling of the organization as a hate group had given Corkins a “license to perpetrate this act of violence.” On Wednesday, Perkins said the revelation had validated his earlier comments.

Pourquoi je vous parle de cette nouvelle qui date déjà de quelques semaines ? Parce qu’hier sur le site de La Presse, un article fait état d’une recherche du Southern Poverty Law Center qui affirme que le nombre de milices de droite est en hausse aux États-Unis.

S’il n’existe pas d’exemples de milice de droite qui s’est pointée dans un « think tank » de gauche pour tuer des gens, il existe au moins un exemple où le Southern Poverty Law Center a incité un gauchiste à aller tuer des gens dans un « think tank » de droite.

Conclusion, à la place du Southern Poverty Law Center, je me garderais une petite gêne…