On pourrait résumer le Sommet avec cette scène du film « There Will Be Blood » avec Daniel Day-Lewis dans le rôle du PQ/FEUQ/FECQ/Syndicats et Paul Dano dans le rôle de l’ASSÉ…

I Drink Your Milkshake!!!!!

Je vous invite à aller relire mes prédictions sur le Sommet, je crois avoir été sur la coche…

Quelques impressions en vrac…

Je suis convaincu que l’entente signée cette semaine entre le PQ et la FEUQ/FECQ aurait très bien pu être signée par les libéraux si les fédérations étudiantes avaient accepté de faire un compromis similaire le printemps dernier. Il faut comprendre que le « printemps érable » n’avait rien à voir avec les frais de scolarité, c’était une utilisation des fédérations étudiantes par les syndicats et le PQ pour débarquer le PLQ. Les frais de scolarité n’ont été qu’un prétexte commode.

Dans toute cette histoire, l’ASSÉ aura été le dindon de la farce; manipulés, ils ont fait le sale boulot contre le PLQ pour ensuite être sacrifiés à la première occasion. L’ASSÉ croyait être à la tête d’un mouvement sôôôôôôcial alors qu’ils n’ont fait que surfer sur l’impopularité de Jean Charest. Sans la grogne contre Jean Charest et sans l’appui du PQ, des syndicats, des médias et de la FEUQ/FECQ, l’ASSÉ n’est rien, son pouvoir de mobilisation est négligeable. Avec l’adoption de la hausse des frais de scolarité, l’ASSÉ aura du mal à défendre sa pertinence dans les mois/années à venir. J’avais dit que l’objectif de ce sommet pour le PQ/FEUQ/FECQ était de casser l’ASSÉ: mission accomplie.

Ce que l’ASSÉ aurait dû faire ? Tout faire en son pouvoir pour faire grimper les attentes dans les semaines précédant le Sommet, y assister et claquer la porte à la fin de la première journée, ce qui aurait pu saboter la stratégie de communication du PQ.

Bilan final du sommet: Martine Desjardin est devenue « Madame 3% », on a annoncé la création de sept « chantiers » (extra en sus) dont un, copinage oblige, qui sera présidé par un ancien président de la FEUQ et on a aussi acheté la paix sôôôôôôciale avec l’argent des contribuables. Finalement, l’éducation c’est comme la construction.