Modèle SuédoisLes gauchistes aiment beaucoup dire qu’en Suède, l’université c’est gratuit.  C’est juste.  Par contre, ce qu’ils ne disent pas, c’est que les universités suédoises sont réservées à l’élite estudiantine.

Voici un résumé de ce qu’on retrouve sur le site Antagning, le portail des universités suédoises:

Tous les étudiants qui postulent pour un programme ou un cours sont mis en concurrence avec les autres étudiants pour obtenir une des places disponibles. Les places sont offertes en fonction de la « cote de mérite » des candidats.  La « cote de mérite » est calculée selon des critères propres à chaque université, qui classe ensuite les élèves pour déterminer qui sera admis. Meilleure est la « cote de mérite », meilleures sont les chances d’être admis dans un programme ou un cours.  La « cote de mérite » est calculée à partir des résultats académiques, mais les universités peuvent aussi considérer d’autres facteurs comme des expériences de travail ou des entrevues de sélection. Dans la majorité des programmes, il y a plus d’applications que de places disponibles.

À titre d’exemple, voici la grille d’évaluation de l’Université de Malmö.

Est-ce que les gauchistes accepteraient un tel système basé sur l’excellence et la performance ?

On peut en douter…  Voyez-vous, en 1974 le gouvernement de Robert Bourassa a mis en place un test d’aptitude aux études universitaires (TAEU).  La même année, les étudiants ont fait la grève, avec succès, pour réclamer le retrait de ces tests…

Pour les gauchistes, les universités sont comme les CPE.  Elles ne sont pas des lieux de haut savoir, mais des endroits qui servent à occuper et distraire des enfants en attendant qu’ils deviennent matures.

À lire aussi: