Le Figaro

Ayrault signe la fin de l’objectif des 3% de déficit
Le Figaro

Le premier ministre reconnait que la France ne tiendra pas son engagement de réduction du défciit public: «Nous ne serons pas à 3%» du PIB en 2013. Mais l’objectif de zéro déficit à la fin du quinquennat est maintenu.

Les esprits avaient été préparés. Alors que plusieurs ministres avaient émis des doutes sur la capacité de la France à respecter la cible des 3% de déficits en 2013, Jean-Marc Ayrault a assumé la révision des objectifs de la France en matière de croissance et de réduction du déficit. Invité mercredi soir de France 3, le premier ministre a admis que la France ne serait «pas exactement aux 3 % [de déficit] en 2013». «Nous n’en serons pas très loin». En cause, la croissance «plus faible» aujourd’hui «en France, en Europe et dans le monde», a-t-il énuméré comme pour se dédouaner. Le premier ministre ne s’est pas risqué à évoquer de nouveaux chiffres. Il en dira plus «en avril» lorsqu’il présentera au Parlement ses objectifs de déficit.

François Hollande avait lui-même laissé entendre mardi que l’objectif d’une croissance de 0,8% cette année ne serait pas atteint. La Commission européenne a toutefois estimé hier qu’un délai peut être accordé en cas de dérapage de la croissance, à condition que le pays concerné ne relâche pas ses efforts budgétaires.

Les gouvernements socialistes fraîchement élus en France et au Québec avaient comme projet de voler les riches. Ils ont dû reculer. Aujourd’hui, les socialistes français reculent sur les mesures assainissement des finances publiques, je ne serais pas surpris de voir leurs cousins québécois en faire tout autant…