Voici une série de billets qui sera consacrée au déclin économique du Québec. Toutes les semaines, deux indicateurs économiques seront juxtaposés, histoire de voir dans quelle direction le Québec évolue…

Voici le poids relatif du Québec dans la fédération canadienne en ce qui a trait aux subventions données par les gouvernements provinciaux et à la population totale:

Déclin Tranquille

Vous n’avez pas la berlue… Bien que la population québécoise ne représente que 23,2% de la population canadienne, les subventions versées par notre gouvernement représentent 54,1% de toutes les subventions versées au Canada par les gouvernements provinciaux (statistiques les plus récentes)!  Plus du double de notre poids démographique ! Pourtant, au début des années 80, la situation était sous contrôle.

Si la valeur des subventions québécoise était équivalente à notre poids démographique, le gouvernement pourrait économiser 3,5 milliards de dollars.

En bonus, la proportion de faillites commerciales…

Déclin Tranquille

En 2004, le poids démographique du Québec dans le Canada était de 23,6% et le nombre de faillites commerciales au Québec représentait 24,1% de toutes les faillites au Canada.  En 2009, le poids démographique du Québec dans le Canada était de 23,2% et le nombre de faillites commerciales au Québec représentait 34,9% de toutes les faillites au Canada (statistiques uniquement disponibles entre 2004 et 2009) !

Le Québec est sur-représenté au niveau des subventions provinciales, malgré tout, nous sommes aussi sur-représenté au niveau des faillites commerciales !  À ceci, il faut ajouter que la classe entrepreneuriale québécoise est sous-représentée

Je résume: le Québec à moins d’entrepreneurs que le reste du Canada et ceux-ci font faillite plus souvent, et ce, même si le Québec est le champion des subventions…

Comme disait Reagan: si ça bouge, taxez-le, si ça continue à bouger, régulez-le et si ça s’arrête de bouger, subventionnez-le !

Source:
Statistique Canada
Tableaux 384-0010 et 177-0007

À lire aussi: