Voici une série de billets qui sera consacrée au déclin économique du Québec. Toutes les semaines, deux indicateurs économiques seront juxtaposés, histoire de voir dans quelle direction le Québec évolue…

Voici le poids relatif du Québec dans la fédération canadienne en ce qui a trait aux investissements privés et à la population:

Déclin Tranquille

Premier constat: la proportion d’investissements privés au Québec a toujours été inférieure à notre poids démographique i.e. l’économie du Québec n’a jamais roulé à son plein potentiel; les Québécois ont toujours accusé un retard sur les autres Canadiens. En 2012, le Québec a attiré 16,3% des investissements privés alors que notre population représente 23,1% de la population totale du Canada.

Second constat: si au milieu des années 2000 l’investissement privé québécois a eu un léger regain de vie, en aucun moment, l’on ne peut observer une tendance soutenue indiquant que le Québec effectue du rattrapage.

Troisième constat: De 1991 à 2012, le poids démographique du Québec dans le Canada a reculé de 8,4%.  Durant la même période, le poids des investissements privés du Québec dans le Canada a reculé de 18,0% i.e. un déclin tranquille.

Quatrième constat: si la valeur des investissements privés au Québec en 2012 était proportionnelle à notre poids démographique, l’économie de la province serait plus riche de 20,8 milliards de dollars !

Questions aux gauchistes: pouvez-vous m’indiquer sur ce graphique qu’elles sont les périodes montrant que le modèle québécois fonctionne et pourquoi notre province est boudée par le secteur privé?

Source:
Statistique Canada
Tableau 032-0002

À lire aussi: