Antagoniste


16 janvier 2013

Payer sa juste part Économie En Chiffres Québec

Un quintile divise la population en 5 tranches de 20%; le 1er quintile représente la tranche de 20% la plus pauvre et le 5e quintile représente la tranche de 20% la plus riche. Les niveaux intermédiaires sont représentés par le 4e, le 3e et le 2e quintile ou le troisième quintile représente la classe moyenne.

Selon les derniers chiffres disponibles de Statistique Canada, le 5e quintile au Québec monopolise 45,9% de tous les revenus.  Mais avant de crier à l’injustice, vous devez savoir ceci: le 5e paye 60,5% de tous les impôts !

Voici l’évolution de la part d’impôt payé au Québec depuis 1976 pour touts les quintiles:

Justice Sociale Québec

Quelques constatations:

  • Le 5e quintile est le seul où qui a vu sa part d’impôt augmenter de manière constante depuis 1976.
  • Rappelons que si le 5e quintile monopolise 45,9% de tous les revenus il paye 60,5% de tous les impôts ! Le 5e quintile est le seul au Québec dont le poids de ses impôts excède celui de son revenu.
  • Les autres quintiles ont vu leur poids fiscal être réduit au fil des ans.
  • Ces chiffres montrent très clairement que les riches au Québec payent déjà plus que leur juste part.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 202-0703 & 202-0501


16 janvier 2013

Bienvenue en Absurdistan… Coup de gueule Économie Québec

Clown QuébecQuelques nouvelles en vrac à propos du Québec qui ont de quoi laisser songeur…

Martine Desjardins, experte comptable ou manipulatrice ?

Selon la très charmante et sympathique Martine Desjardins, les déficits des universités seraient de sombres complots ourdis par des forces occultes de la société québécoise, j’ai nommé les « recteurs ».  On va même jusqu’à affirmer que les universités feraient des surplus de 238 millions de dollars.  Pourtant, quand le compétent et raisonnable ministre Pierre Duchesne a annoncé des coupures de 140 millions dans le budget des universités, la même Martine Desjardins a crié au scandale.  Donc selon la perspicace et sagace présidente de la FEUQ, les universités gaspillent de l’argent, mais il ne faut pas couper dans le gaspillage…

Loi bafouée…

Si une entreprise produit trop d’un certain produit et/ou si la demande pour ce produit chute, le prix de ce produit ne peut que diminuer.  Logique, c’est ce qu’on appelle la loi de l’offre et la demande.  Donc, quand on apprend qu’Hydro-Québec a des surplus d’électricité, on pourrait penser que c’est une bonne nouvelle pour les consommateurs puisque l’offre excédentaire devrait signifier une baisse de prix.  C’est mal connaître le gouvernement puisque dans le secteur public, la main visible de l’État a invalidé la loi de l’offre et de la demande.  Par conséquent, les surplus d’Hydro-Québec vont se traduire par une hausse des tarifs ! Vive l’étatisme !  Une chance que le gouvernement est là pour nous protéger du méchant secteur privé et de ses lois rétrogrades…  Et pour ajouter l’insulte à la blessure, une partie des surplus de production vient des… énergies vertes !

La solution la moins chère

Hier, les politiciens de tous les partis étaient très fiers de nous faire par des conclusions de la Commission « mourir dans la dignité », soulignant au passage la nature non partisane des travaux.  De mon côté, j’aurais été plus intéressé par une Commission ayant pour thème « soigner dans la dignité ».  Mais puisque « mourir dans la dignité » implique des coûts moins élevés pour le gouvernement que « soigner dans la dignité », on peut s’attendre que, de manière non partisane, les différents politiques s’entendent pour ne jamais soulever cette question.


16 janvier 2013

Le schiste américain contre le pétrole saoudien Économie États-Unis Revue de presse

Financial Times

High oil?price ‘fuelling US shale output’
Financial Times

High crude prices are encouraging continued US shale gas investments and production, as investors and companies look for favourable returns in the energy sector, said Goldman Sachs, one of the leading commodities businesses on Wall Street.

Oil-producing countries such as Russia and Saudi Arabia needed to realise that the longer the prices of oil stayed up, the more money went into US shale oil and gas projects, said Jeff Currie, global head of commodities research.

The US oil and gas sector has enjoyed a sharp rise in capital expenditure, with spending in exploration and production totalling $138bn in 2011 compared to China’s $35bn, $10bn in Russia, and $5bn in Saudi Arabia according to Goldman. One of the key reasons that the US has seen an inflow of investments was America’s favourable tax regime, said Mr Currie.

“I don’t want to get too excited, but [shale oil] will reduce headwind for the economy,” he said, adding that the increase in cheap shale oil will increase the US manufacturing sector’s productivity. Goldman believes the continuing rise in shale oil production could improve the US trade balance by 1.2 per cent of GDP by 2017, strengthening the dollar by 5 per cent to 10 per cent.

Et pendant ce temps au Québec on regarde passer la parade… Bravo au péquiste, ce sont les princes saoudiens qui sont contents…