Antagoniste


15 janvier 2013

Transport suédois Économie Europe

Modèle SuédoisÀ Stockholm, la capitale de la Suède, le transport en commun est la responsabilité de la Storstockholms Lokaltrafik, un organisme public qui relève du conseil de ville.  Jusque-là rien de très spectaculaire, c’est un peu comme la relation entre la STM et la ville de Montréal…  Mais contrairement à la STM, la Storstockholms Lokaltrafik n’offre pas directement de service de transport, elle ne fait que gérer des contrats de sous-traitance !

Quelques exemples…

Le métro de Stockholm est opéré par la firme MTR, une compagnie hongkongaise inscrite en bourse qui est spécialisée dans la gestion des métros.  En 2009, MTR a gagné un appel d’offres pour gérer le métro de Stockholm pour les huit prochaines années.

Une partie du service d’autobus est fourni par la firme Arriva, une compagnie britannique appartenant à des intérêts allemands qui est spécialisée dans l’administration du transport en commun.

Une autre partie du service d’autobus est donné par Keolis, une compagnie française, elle aussi spécialisée dans l’administration du transport en commun.  Fait intéressant, la Caisse de dépôt et placement du Québec est l’un des principaux actionnaires de cette compagnie.

Le service d’autobus est aussi défrayé par Nobina Sverige, une compagnie privée suédoise qui est l’une des plus grosses en Europe pour ce qui est du transport en commun.

Fait intéressant, chaque compagnie d’autobus est libre d’utiliser le modèle de véhicule de son choix en fonction des besoins de sa clientèle.

Maintenant, essayez d’imaginer la même chose à Montréal…  Un métro opéré par une compagnie de Hong Kong et des circuits d’autobus desservit par des entreprises venant des 4 coins de la planète… Si Stockholm a pu privatiser son transport en commun via la sous-traitance, pourquoi pas Montréal?

En 2012, la dette de la STM s’élevait à 170% de ses revenus totaux…

À lire aussi:

MISE-À-JOUR

Déficit: la STM ne voit pas de solution en 2013


15 janvier 2013

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (8-14 janvier) selon Influence Communication:

Actualité Québec

Actualité CanadaActualité Canada

Petit commentaire personnel: 3 nouvelles sur 5 au Québec traitent du Canadiens… Maladie mentale…

Source:
Influence Communication


15 janvier 2013

Une vérité qui dérange Environnement International Revue de presse

Earth System Dynamics

Polynomial cointegration tests of anthropogenic impact on global warming
Earth System Dynamics

We use statistical methods for nonstationary time series to test the anthropogenic interpretation of global warming (AGW), according to which an increase in atmospheric greenhouse gas concentrations raised global temperature in the 20th century. Specifically, the methodology of polynomial cointegration is used to test AGW since during the observation period (1880–2007) global temperature and solar irradiance are stationary in 1st differences whereas greenhouse gases and aerosol forcings are stationary in 2nd differences. We show that although these anthropogenic forcings share a common stochastic trend, this trend is empirically independent of the stochastic trend in temperature and solar irradiance. Therefore, greenhouse gas forcing, aerosols, solar irradiance and global temperature are not polynomially cointegrated. This implies that recent global warming is not statistically significantly related to anthropogenic forcing. On the other hand, we find that greenhouse gas forcing might have had a temporary effect on global temperature.

Pour ceux qui se sont perdus dans le jargon scientifique, cette étude montre qu’il n’existe aucune relation entre le réchauffement climatique et l’émission de gaz à effet de serre.

Il va de soi que cet article, publié dans un journal scientifique renommé, sera ignoré par nos médias. Parler de cet article équivaudrait à dire qu’il n’existe pas de consensus scientifique sur le réchauffement climatique…