Antagoniste


7 janvier 2013

Idle No More Canada Coup de gueule Économie

Idle No MoreAu Canada, il y a 615 réserves autochtones qui comptent en moyenne 1 142 résidents.

Dans ces 615 réserves, on compte 50 dirigeants qui ont un salaire supérieur au premier ministre du Canada, 160 qui ont un salaire supérieur aux premiers ministres provinciaux et 634 qui ont un salaire supérieur à cent mille dollars, le tout, je vous rappelle, pour administrer des territoires qui comptent en moyenne 1 142 résidents.

Rappelons aussi que ces salaires sont payés par les contribuables canadiens…

Il y a de la place au Canada pour un mouvement « Idle No More », mais ce mouvement devrait avoir comme objectif de dénoncer l’incurie de nombreux leaders autochtones qui ont placé leurs intérêts avant celui de leurs concitoyens.

Si le mouvement « Idle No More » était sincère et honnête, il supporterait le projet de loi C-27 des conservateurs sur la transparence financière des Premières Nations. Les gouvernements des Premières Nations sont les seuls gouvernements au Canada qu’aucune loi n’oblige à fournir des informations de base sur leurs finances. Mais le mouvement « Idle No More » s’oppose au projet de loi C-27… Allez savoir pourquoi…

Source:
Canadian Taxpayers Federation
Jaw-dropping reserve pay numbers


7 janvier 2013

La vérité sur le « fiscal cliff » Économie En Chiffres États-Unis

Les médias ont abondamment parlé du « fiscal cliff » durant la période des fêtes, le plus souvent pour dire qu’Obama était un saint et que les républicains étaient des imbéciles…  Pour un journaliste, casser du sucre sur le dos des républicains demande moins de travail que tenter de comprendre la réalité en analysant des statistiques.

Voici donc trois graphiques que les médias n’ont pas jugé bon vous montrer lors des négociations sur le « fiscal cliff ».

Premièrement, voici l’état des finances publiques aux États-Unis avant et après la ratification de l’entente:

Fiscal Cliff

Comme on peut le voir, l’augmentation des impôts des riches tant souhaiter par Barack Obama ne règle strictement rien.  L’augmentation des revenus du gouvernement sera marginale et le déficit va continuer à augmenter pour la simple et bonne raison que les dépenses vont continuer à augmenter.

Voici maintenant les tendances à long terme (jusqu’en 2041):

Fiscal Cliff

Comme on peut clairement voir, l’idée que l’on peut maintenir le niveau de dépenses actuellement en place et payer la différence en augmentant les impôts relève du pur fantasme.  Le mur budgétaire ce n’est pas une question de revenus, mais une question de dépenses.

Concrètement, voici comment se compare l’augmentation d’impôt obtenu par Barack Obama au déficit prévue en 2013:

Fiscal Cliff

La gauche aime bien parler de développement durable, quand va-t-elle réaliser que les niveaux de dépenses sont le contraire du développement durable ?

Somme toute, au lieu de vous montrer tout ça lors des négociations, les médias ont plutôt préféré diaboliser les républicains…

Sources:
Congressional Budget Office
The “Fiscal Cliff” Deal
Historical Budget Data
Long-Term Budget Projections


7 janvier 2013

L’innovation capitaliste Économie Environnement États-Unis Revue de presse

The Wall Street Journal

U.S. Electricity Use on Wane
The Wall Street Journal

Americans are using more gadgets, televisions and air conditioners than ever before. But, oddly, their electricity use is barely growing, posing a daunting challenge for the nation’s utilities.

The Energy Information Administration is projecting that electricity use in the U.S. will rise an average of just 0.6% a year for industrial users and 0.7% for households through 2040.

That’s a far cry from the middle decades of the past century, when utilities could rely on electricity consumption growing by more than 8% a year. Even after the Arab oil embargo in 1973, the growth in electricity demand averaged 2% to 4% annually. But those days may be long gone.

For decades, electricity use was viewed as a barometer of economic growth, but the link has become less clear cut in recent years, partly because of a big push to make major appliances and other products, such as compact fluorescent lightbulbs and high-efficiency motors, that use less electricity. From 1998 to 2010, the electricity used for manufacturing fell 18% as industrial processes grew more efficient.

Les éco-catastrophistes se font un devoir de combattre bec et ongles la croissance économique dans tous les coins du monde, peu importe si cela signifie des pertes d’emplois et une pauvreté chronique, parce qu’ils s’imaginent que la prospérité et l’environnement sont des enjeux mutuellement exclusifs. Cette nouvelle nous montre que ces gens ont tort sur toute la ligne.

En passant, cette nouvelle devrait soulever quelques inquiétudes chez Hydro-Québec…