Antagoniste


31 janvier 2013

Républicrétin ou Républiphobie ? Coup de gueule États-Unis Gauchistan Québec

Richard Hétu

Il existe un ciment qui unit toute la colonie journalistique québécoise, peu importe l’allégeance des journalistes. Ce ciment: la haine viscérale du parti républicain…  Un bon exemple, ce billet de Lise Ravary: La fin des Républicrétins ?

Ce que nos médias sont incapables de réaliser c’est que pour chaque crétin dans le parti républicain, il existe aussi un crétin dans le parti démocrate.  Mais comme les médias concentrent uniquement leur attention sur les républicains, on n’entend jamais parler des crétins chez les démocrates…

Des exemples ?

  • Alan Grayson qui a accusé les républicains d’être membres d’Al Qaeda…
  • Hank Johnson qui a peur que l’île de Guam chavire si on y envoie plus de soldats…
  • Jesse Jackson Jr. qui a voulu faire interdire le iPad pour sauver l’industrie du livre et des journaux…
  • Cynthia McKinney qui est allée en Libye pour défendre le régime Kadhafi…
  • John Conyers qui considère qu’il est inutile pour les politiciens de lire et comprendre les lois qu’ils votent…
  • Van Jones qui a accusé Bush d’avoir organisé les attentats du 11 septembre…
  • Keith Ellison qui a accusé les républicains d’être des racistes, car ils s’opposent à la sharia…
  • Sheila Jackson Lee qui croit que les noms d’ouragans sont racistes…

Les exemples ne manquent pas, mais les médias n’en parlent jamais !

De plus, il faudrait s’entendre sur ce qu’est un crétin.  Todd Akin et Richard Mourdock le sont assurément, mais Herman Cain, Rick Perry et Sarah Palin ?  Herman Cain qui est un ingénieur en aéronautique et brillant homme d’affaires serait un crétin ?  Rick Perry, qui a fait croître l’économie du Texas durant la récession et qui aujourd’hui retourne les surplus du gouvernement aux Texans serait un crétin ?  Sarah Palin, qui a fait mettre en prison des politiciens et des dirigeants corrompus de compagnies pétrolières, sans avoir besoin d’une commission, serait stupide ?

Désolé de vous l’apprendre, mais au Québec, les plus brillants de nos politiciens n’arrivent pas à la cheville de ces trois « crétins »…  Lors de débats présidentiels, ces « crétins » sont capables de parler de Bastiat et Tocqueville, chose impensable pour un politicien québécois…

Mais le billet de Lise Ravary devient un peu n’importe quoi quand elle se félicite du remplacement de la vilaine Sarah Palin par Dennis Kucinich chez Fox News.  Un bon gauchiste rationnel; pas un crétin de républicain qui voit des complots partout.

Vraiment ?

Pourtant ce brave Dennis Kucinich est un habitué du show d’Alex Jones (oui, ce Alex Jones).  Quand Bush était président, Alex Jones considérait Dennis Kucinich comme un leader dans la lutte contre un gouvernement mondial tyrannique financé par les Juifs (sentiment qui était réciproque).  Pas un crétin Dennis Kucinich ?  Un modèle de raison ?  Vraiment ?

D’ailleurs, on l’oublie trop souvent, mais quand Bush était président et qu’Alex Jones se faisait connaître comme porte-parole des « truthers », ils étaient nombreux les démocrates à défiler devant ses micros…  Tout comme on oublie aussi qu’à cette époque une majorité de démocrates croyaient que le 11 septembre était un complot de Bush.

Quelques imbéciles disent qu’Obama est né au Kenya et tous les républicains sont des crétins.  Une majorité de démocrates sont des « truthers », cela ne scandalise personne…  Tout comme il n’était pas rare de voir des démocrates affirmer sans gêne que Bush était un nazi.  Qu’importe, les médias n’ont jamais accusé les démocrates d’être le « stupid party » pour autant…

M’enfin je passe aussi quelques erreurs factuelles dans le texte de Mme Ravary, dont celle d’imputer aux républicains la campagne « God hates fags ».  Cette horreur sans nom est plutôt le travail des imbéciles de la « Westboro Baptist Church », un groupe qui en plus de détester les homosexuels déteste aussi les…  républicains !  En 2012, la Westboro Baptist Church avait donné son appui à Barack Obama et Fred Phelps, le leader de cette bande de cinglés, est un démocrate

Au Québec, ce ne sont pas les républicrétins qui méritent d’être dénoncés, mais la républiphobie…

P.-S. Et Bobby Jindal dans tout ça ?  En début d’année il a annoncé un plan pour éliminer l’impôt des particuliers et des corporations.  C’est une question de temps avant qu’on l’accuse d’être lui aussi un républicrétin à mettre dans la même catégorie que Todd Akin…  On connaît la chanson, quand on veut tuer un chien on dit qu’il a la rage.


31 janvier 2013

Le déclin tranquille (XII): la richesse Canada Économie En Chiffres Québec

Voici une série de billets qui sera consacrée au déclin économique du Québec. Toutes les semaines, deux indicateurs économiques seront juxtaposés, histoire de voir dans quelle direction le Québec évolue…

Voici le poids relatif du Québec dans la fédération canadienne en ce qui a trait au nombre de personnes appartenant à la tranche de revenu du 1% supérieur et à la population:

Déclin Riches

En 2010, 16,7% des Canadiens appartenant à la tranche de revenu du « 1% supérieur » vivaient au Québec alors que notre poids démographique était de 23,2% i.e. les riches sont sous-représentés au Québec.

Mais la gauche, qui est en guerre contre le 1%,  nous dit que c’est une bonne chose de ne pas avoir de riches, car ces derniers appauvrissent le reste de la population.  Donc, si la gauche a raison, le nombre de pauvres devrait être lui aussi sous-représenté au Québec.  Allons voir si c’est vrai…

Déclin Riches

En 2010, 25,2% des Canadiens appartenant à la tranche de revenu du « 50% inférieur » vivaient au Québec alors que notre poids démographique était de 23,2% i.e. les pauvres sont sur-représentés au Québec.  Pourtant au début des années 80, la situation était tout autre !  On se doit de conclure que les gauchistes sont dans l’erreur quand ils affirment que le « 1% » est agent causal de la pauvreté.

Si le nombre de « 1% » au Québec était proportionnel à notre population, nous aurions 16 400 riches de plus.  Si le nombre de « 50% » au Québec était proportionnel à notre population, nous aurions 264 000 pauvres de moins.

Ces deux graphiques sont une démonstration éloquente que ce vieil adage est malheureusement vrai: le Québec est pauvre en riches et riche en pauvres

Source:
Statistique Canada
Tableaux 204-0001

À lire aussi:


31 janvier 2013

Encore une erreur des réchauffistes Environnement Europe Revue de presse

Bloomberg BusinessWeek

-

Norway Data Shows Earth’s Global Warming Less Severe Than Feared
Bloomberg BusinessWeek

After the planet’s average surface temperature rose through the 1990s, the increase has almost leveled off at the level of 2000, while ocean water temperature has also stabilized, the Research Council of Norway said in a statement on its website. After applying data from the past decade, the results showed temperatures may rise 1.9 degrees Celsius if Co2 levels double by 2050, below the 3 degrees predicted by the Intergovernmental Panel on Climate Change.

“The Earth’s mean temperature rose sharply during the 1990s,” said Terje Berntsen, a professor at the University of Oslo who worked on the study. “This may have caused us to overestimate climate sensitivity.”

The findings also show the effect of reduced airborne particulates from burning coal, which may decrease the cloud cover that cools the earth, probably has less of an impact on climate through indirect cooling than originally projected.

Pourtant, on nous a dit que le débat était clos et que les conclusions du GIEC étaient définitives…


30 janvier 2013

Électricité suédoise Économie Europe

Modèle SuédoisPrenons le cas d’une petite famille québécoise, lasse d’être maternée par un gouvernement toujours plus gros, qui décide de déménager à Stockholm. L’une des premières choses que cette petite famille devra faire avant d’emménager dans sa nouvelle demeure est de négocier son contrat d’électricité !  Car voyez-vous, contrairement au Québec, le marché de l’électricité en Suède n’est pas un monopole étatique, mais un marché libre, qui est ouvert à la compétition, même celle des pays étrangers !

Avec la compétition arrivent les choix; lors de la négociation d’un contrat, le consommateur est roi!  Il peut choisir de prendre le risque d’un tarif ouvert, qui varie quotidiennement selon l’offre et la demande ou la sécurité d’un tarif fixe.  On va même jusqu’à lui donner le choix du moyen de production: si nous avons affaire à une famille de hippies, elle pourra acheter de l’éolien, il y a des compagnies pour ça.  Tout comme il y a des compagnies qui se spécialisent dans le nucléaire ou l’hydroélectricité.

Concrètement, pour une famille typique qui décide de signer un contrat d’un an avec un tarif fixe.  Elle pourrait signer avec E.ON, une compagnie allemande, qui exploite des centrales hydrauliques et nucléaires, pour 3900$/an*.  Elle pourrait aussi jeter son dévolu sur Kalmar Energi, une petite entreprise suédoise spécialisée dans l’hydroélectricité, la biomasse et l’éolien pour 4250$/an*.  Les plus verdoyants pourront choisir les services de NordicGreen, une compagnie norvégienne qui ne fait que de l’éolien, pour 4330$/an*.

Imaginez, avec un tel système, les consommateurs n’auraient pas à payer pour les mauvaises prédictions d’Hydro-Québec et les gens seraient libres de souscrire aux folies éoliennes de Martine Ouellet.

Si la libéralisation du marché de l’électricité est possible en Suède, pourquoi serait-elle impossible au Québec ?  A-t-on peur de redonner au consommateur le pouvoir de choisir ?

*Prix estimé, avec taxes.

H/T: derteilzeitberliner

À lire aussi:


30 janvier 2013

Les légendes urbaines du 1% Canada Économie En Chiffres États-Unis Gauchistan

Cette semaine, Statistique Canada a publié une analyse montrant que depuis 1982, les écarts entre les riches et les pauvres avaient substantiellement augmenté, principalement parce que les revenus du 1% supérieur ont augmenté pendant que les revenus du 99% inférieur ont stagné.

La gaugauche s’est empressée de conclure que le 1% s’est enrichi aux dépens du 99%. Ce genre d’interprétation, « les riches s’enrichissent pendant que les pauvres s’appauvrissent », est une légende urbaine qui est fermement ancrée dans la psyché des gauchistes.  Pour beaucoup de gauchistes, une augmentation des écarts de richesses implique nécessairement un appauvrissement du reste de la population, les gauchistes étant incapables de concevoir que si les riches s’enrichissent, les pauvres aussi peuvent s’enrichir.

Pour s’en convaincre, comparons les États-Unis au Canada en utilisant la même grille d’analyse que Statistique Canada:

Écarts de Richesses

Comme on peut le voir sur ce graphique, quand le 1% supérieur s’enrichit, le 99% inférieur s’enrichit aussi.  Inversement, quand le 1% supérieur s’appauvrit, le 99% inférieur s’appauvrit aussi.  Cette relation est particulièrement évidente pour les États-Unis.  Cette observation est en contradiction directe avec le dogme gauchiste voulant que « les riches s’enrichissent pendant que les pauvres s’appauvrissent ».

Autre observation intéressante chez les Américains, c’est au moment où les écarts de richesses augmentaient le plus que le 99% inférieur ont le plus augmenté leurs revenus.  Encore une fois, cette observation est en contradiction directe avec le dogme gauchiste voulant qu’une augmentation des écarts de richesses implique nécessairement un appauvrissement du reste de la population. En fait, il semble que le revenu des riches tire celui des plus pauvres vers le haut.

Écarts de Richesses

De 1982 à 2010, les écarts de richesses ont augmenté 2 fois plus rapidement qu’au Canada.  Pourtant, durant cette période, c’est aux États-Unis que le 99% inférieur s’est le plus enrichi: 10,3% vs. 9,9%.

De plus, il faut aussi considérer qu’en 2008, les États-Unis ont été durement frappés par une récession qui a relativement épargné le Canada.  Si on analyse la période pré-récession, voici ce qu’on obtient:

Écart de Richesses

Encore une fois, le 99% inférieur c’est le plus enrichi (24,9% vs. 9,1%) aux États-Unis même si c’est dans ce pays que les écarts de richesses ont le plus augmenté (153,9% vs. 79,7%).

Conclusion: Ce n’est pas parce que les riches s’enrichissent que les pauvres s’appauvrissent. Au pays de l’oncle Sam, même si les écarts de richesses ont augmenté, les pauvres se sont plus enrichis qu’au Canada même si ici cet écart s’est moins creusé.

Désormais, quand vous entendrez la gauche raconter que « les riches s’enrichissent pendant que les pauvres s’appauvrissent » ou encore qu’une augmentation des écarts de richesses implique nécessairement un appauvrissement du reste de la population, vous saurez quoi répondre pour déconstruire ces légendes urbaines.

Le choix entre la droite et la gauche est le suivant: la droite propose de vivre inégalement dans la richesse, la gauche propose de vivre également dans la pauvreté.  Moi je préfère la droite.

Sources:
Statistique Canada
Tableaux 204-0001 & 326-0021

University of California Berkeley
Income and Wealth Inequality.(Tables and Figures Updated to 2011 in Excel format, January 2013)


30 janvier 2013

Autres pays, autre moeurs… Économie États-Unis Revue de presse

Star Tribune

-

North Dakota struggles to cope with its oil-boom prosperity
Star Tribune

[Peoples] of the world are flocking to North Dakota in droves, modern frontiersmen transforming this recently dying flyover land into the fastest-growing state in the nation, according to the Census Bureau. Storefront signs scream « now hiring. » Pickups and semis jam long stretches of two-lane highways. Backhoes claw the ground even in frozen January. Recreational vehicles occupy former farm fields next to row upon row of box-like modular living pods.

In Williston, the epicenter of the growth, the local hospital opened a new birthing center, workers are building a giant new rec center and students are overflowing in a school that once sat empty. Civic leaders have been approving building permits and hiring police and teachers and nearly every kind of government worker.

Twelve years ago, Williston’s population stood at a little more than 12,500 people. Now, officials there estimate the town services 38,000. They expect it could hit 50,000 by 2017.

Gordon Weyrauch, manager of Williston Home & Lumber, said it’s hard to keep good employees even at $16 an hour: « Seems like when you get somebody that’s really good, there’s always another company stealing them away. » A sign outside the local Wal-Mart advertises starting wages of $17 an hour.

Dans le Dakota du Nord, à cause de l’exploitation du pétrole de schiste, les gens doivent composer avec un boom économique et des emplois à 17$ de l’heure au Wal-Mart…

À Gaspé, à cause du refus d’exploiter le pétrole de schiste, les gens doivent composer avec une réforme de l’assurance-chômage et l’absence de Wal-Mart…

Gérer la croissance me semble plus porteur d’avenir que de gérer la décroissance…


29 janvier 2013

Les contribuables de la semaine: Saguenay–Lac-Saint-Jean Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 19 et le 25 janvier 2013, le gouvernement du Québec a annoncé des dépenses de 163 938 664$ en subventions, prêts et programmes de financements.

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie que l’impôt de 65 213 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer les annonces faites entre le 19 et le 25 janvier 2013.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts payés cette année par les travailleurs des villes d’Alma, Roberval, Dolbeau-Mistassini, Saint-Félicien et Chambord avaient été utilisés uniquement pour payer les subventions, prêts et programmes de financements du gouvernement annoncés la semaine dernière.


29 janvier 2013

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (22-28 janvier) selon Influence Communication:

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: La ville n’est pas hockey, elle est… lobotomisée !

Source:
Influence Communication


29 janvier 2013

Les universités du futurs Économie États-Unis Revue de presse

The Wall Street Journal

-

College Degree, No Class Time Required
The Wall Street Journal

David Lando plans to start working toward a diploma from the University of Wisconsin this fall, but he doesn’t intend to set foot on campus or even take a single online course offered by the school’s well-regarded faculty. Instead, he will sit through hours of testing at his home computer in Milwaukee under a new program that promises to award a bachelor’s degree based on knowledge—not just class time or credits.

Now, educators in Wisconsin are offering a possible solution by decoupling the learning part of education from student assessment and degree-granting. Wisconsin officials tout the UW Flexible Option as the first to offer multiple, competency-based bachelor’s degrees from a public university system. Officials encourage students to complete their education independently through online courses, which have grown in popularity through efforts by companies such as Coursera, edX and Udacity.

No classroom time is required under the Wisconsin program except for clinical or practicum work for certain degrees. Officials plan to launch the full program this fall, with bachelor’s degrees in subjects including information technology and diagnostic imaging, plus master’s and bachelor’s degrees for registered nurses.

Si on veut réduire le coût de fonctionnement dans les universités québécoises, on pourrait s’inspirer de ce qui se fait au Wisconsin !


28 janvier 2013

Un artiste dissident En Vidéos Philosophie Québec

Cette vidéo circule depuis quelque temps déjà, mais elle mérite d’être vue et revue:

Le Québec, une société en circuit fermé… Tout est là…


28 janvier 2013

La Gaspésie et l’argent des autres… Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Quand vous habitez une terre de caïn et que vous êtes pauvres comme Job, à moins d’être complètement masochiste, vous allez sauter de joie si un jour on vous apprend qu’on a trouvé du pétrole sur votre terrain…

Mais il semble que les Gaspésiens ne soient pas des gens comme les autres.  Il semble qu’ils aiment la misère, la dépendance et qu’ils voient d’un mauvais oeil toute forme de progrès économique…  Ainsi, quand on a découvert du pétrole en Gaspésie, au lieu de sauter de joie, ils ont plutôt préféré sortir le goudron et les plumes pour expulser la compagnie pétrolière de son territoire

Pour comprendre à quel point cette décision est stupide, odieuse et honteuse, voici quelques graphiques…

Qu’elle est la contribution de la Gaspésie au développement du Québec, la part des impôts payés par chaque région du Québec nous apporte un élément de réponse:

Gaspésie

Montréal trône au sommet du classement, le quart des impôts perçus au Québec viennent de cette région.  Dans les bas-fonds du classement, en avant-dernière position, on retrouve la Gaspésie qui ne contribue même pas à hauteur de 1% au trésor public…  En bref, ce n’est pas en misant sur la Gaspésie que le gouvernement peut boucler son budget…

Mais on me dira que la comparaison est injuste puisque la Gaspésie est peu populeuse, il est donc normal que leur contribution soit si négligeable.  D’accord, voici donc le montant moyen payé par chaque contribuable en impôt provincial:

Gaspésie

Puisque nous avons une fiscalité « progressive », l’impôt payé peut aussi servir d’indice de richesse i.e. plus les contribuables d’une région sont riches, plus ils payeront d’impôts et inversement (gardez en tête que 40% des contribuables ne payent pas d’impôts).  Encore une fois, Montréal se retrouve sur le podium, devançant même, non sans surprise, la région de Québec.  Très confortablement installé dans la cave du classement, on retrouve, encore une fois, la Gaspésie…

Mais une personne pourrait faire valoir que si la Gaspésie ne paye pas beaucoup d’impôt, en retour elle reçoit très peu du gouvernement.  Selon les chiffres les plus récents, le gouvernement provincial dépense l’équivalent de 4 008$ par contribuable seulement en immobilisation.  Sachant que les contribuables gaspésiens payent en moyenne 1 973$ en impôt, le bilan est donc de 2 035$ en leur faveur.  Voici la situation à l’échelle du Québec:

Gaspésie

Si la région de Laval est la plus délaissée du Québec, la Côte-Nord et surtout le Nord-du-Québec raflent leur part du magot probablement grâce aux investissements gouvernementaux du plan nord. Mais la Gaspésie trouve quand même le moyen de se classer parmi les 3 pires…

Autre élément intéressant, la région de Québec a un solde négatif de 131$ alors que la région de Montréal a un solde positif de 2 093$

Dans le même ordre d’idée, le rapport de dépendance économique est une autre mesure intéressante.  Cet indice mesure les paiements de transferts gouvernementaux par tranche de 100$ du revenu.  Le résultat:

Gaspésie

En Gaspésie, chaque fois que 100$ entrent dans les poches d’un travailleur, 50,90$ provient des gouvernements, la moitié… À titre indicatif, un travailleur dans le secteur pétrolier au Québec gagne en moyenne 1 305$ par semaine !

Pour des raisons idéologiques et dogmatiques, Pétrolia a dû suspendre son projet à Gaspé. Pourquoi continuer à donner de l’argent à une région qui refuse de développer son économie ? Rendons-les imputables de leurs décisions et fermons les robinets!  Une région miséreuse comme la Gaspésie qui refuse d’exploiter son pétrole, c’est un peu l’équivalent d’un BS qui refuse un travail qui paye 50$/h.  Les Gaspésiens ont le droit de dire non à Pétrolia et les contribuables du reste du Québec ont aussi le droit de dire non à la Gaspésie…

Gaspé est au Québec ce que le Québec est à l’Alberta.

Sources:
Ministère des finances du Québec
Statistiques fiscales des particuliers

Institut de la statistiques du Québec
Profils statistiques des régions administratives et des MRC


28 janvier 2013

La compassion du gouvernement Coup de gueule Économie International Revue de presse

The Guardian

-

Let elderly people ‘hurry up and die’, says Japanese minister
The Guardian

Taro Aso, the finance minister, said on Monday that the elderly should be allowed to « hurry up and die » to relieve pressure on the state to pay for their medical care.

« Heaven forbid if you are forced to live on when you want to die. I would wake up feeling increasingly bad knowing that [treatment] was all being paid for by the government, » he said during a meeting of the national council on social security reforms. « The problem won’t be solved unless you let them hurry up and die. »

Aso’s comments are likely to cause offence in Japan, where almost a quarter of the 128 million population is aged over 60. The proportion is forecast to rise to 40% over the next 50 years.

Rising welfare costs, particularly for the elderly, were behind a decision last year to double consumption [sales] tax to 10% over the next three years, a move Aso’s Liberal Democratic party supported.

Dire que certains ont osé rire de Sarah Palin avec ses « death panels ».

Les régimes de santé universelle sont probablement les programmes sociaux les plus pernicieux à avoir été adoptés par les gouvernements. Dans un premier temps, ils servent à justifier le prélèvement massif d’impôts et de taxes. Dans un deuxième temps, c’est un peu comme si votre corps était désormais la propriété de l’État puisque c’est le gouvernement qui doit payer pour « l’entretenir ».

Voilà pourquoi on doit se méfier des gouvernements qui débattent de concept tel que « mourir dans la dignité »…


24 janvier 2013

La menace imaginaire Canada Coup de gueule Environnement Gauchistan

Écolo-MarxisteSelon nos verdoyants amis de Greenpeace, les méchants sables bitumineux représentent la 5e « menace climatique » la plus importante à cause des émissions de gaz à effet de serre !

Vraiment ?

Au Canada, l’exploitation des sables bitumineux produit 48 mégatonnes de CO2, ce qui représente seulement…  6,9% des émissions canadiennes !

À l’échelle de la planète, 1,6% des gaz à effet de serre sont produits par le Canada, ce qui revient à dire que l’industrie des sables bitumineux est responsable de… 0,11% des émissions mondiales !  Et l’on veut nous faire croire que l’Alberta menace le climat de la planète…

Même si on multipliait les émissions par 10, on serait tout juste à 1% et c’est sans compter que depuis 1990 la quantité de gaz à effet de serre émise pour produire un baril de pétrole a été réduite de 39%.

Notons aussi que la pollution émise par l’ensemble des sites d’exploitation des sables bitumineux de l’Athabasca est comparable à une ville de taille moyenne.

Source:
Environnement Canada
Rapport d’inventaire national 1990-2010


24 janvier 2013

Le déclin tranquille (XI): le commerce international Canada Économie En Chiffres Québec

Voici une série de billets qui sera consacrée au déclin économique du Québec. Toutes les semaines, deux indicateurs économiques seront juxtaposés, histoire de voir dans quelle direction le Québec évolue…

Voici le poids relatif du Québec dans la fédération canadienne en ce qui a trait aux exportations internationales et à la population:

Déclin Tranquille

Premier constat: la proportion des exportations internationales du Québec a toujours été inférieure à notre poids démographique i.e. l’économie du Québec n’a jamais roulé à son plein potentiel; les Québécois ont toujours accusé un retard sur les autres Canadiens. En 2010, les exportations du Québec ont représenté 17,1% des exportations canadiennes alors que notre population représente 23,1% de la population totale du Canada.  En 1981, la proportion de nos exportations était de 20,0% et celle de la population de 26,4%.

Second constat: si du milieu des années 90 jusqu’au début des années 2000 la proportion des exportations québécoises a légèrement augmenté, en aucun moment on ne peut observer une tendance soutenue indiquant que le Québec effectue du rattrapage.

Troisième constat: De 1981 à 2010, le poids démographique du Québec dans le Canada a reculé de 12,2%.  Durant la même période, le poids des exportations internationales du Québec dans le Canada a reculé de 14,6%.

Quatrième constat: si la valeur des exportations internationales du Québec en 2010 avait été proportionnelle à notre poids démographique, l’économie de la province aurait été plus riche de 29,1 milliards de dollars !

Questions aux gauchistes: pouvez-vous m’indiquer sur ce graphique quand le modèle québécois a fonctionné ?

Source:
Statistique Canada
Comptes économiques des provinces et des territoires

À lire aussi:


24 janvier 2013

La mafia et le développement durable Coup de gueule Économie Environnement Europe Revue de presse

The Washington Post

-

Sting operations reveal Mafia involvement in renewable energy
The Washington Post

In an unfolding plot that is part “The Sopranos,” part “An Inconvenient Truth,” authorities swept across Sicily last month in the latest wave of sting operations revealing years of deep infiltration into the renewable energy sector by Italy’s rapidly modernizing crime families.

The still-emerging links of the mafia to the once-booming wind and solar sector here are raising fresh questions about the use of government subsidies to fuel a shift toward cleaner energies, with critics claiming huge state incentives created excessive profits for companies and a market bubble ripe for fraud. China-based Suntech, the world’s largest solar panel maker, last month said it would need to restate more than two years of financial results because of allegedly fake capital put up to finance new plants in Italy. The discoveries here also follow so-called “eco-corruption” cases in Spain, where a number of companies stand accused of illegally tapping state aid.

“The Cosa Nostra is adapting, acquiring more advanced knowledge in new areas like renewable energy that have become more profitable because of government subsidies,” said Teresa Maria Principato, the deputy prosecutor in charge of Palermo’s Anti-Mafia Squad

Vous voulez savoir où se trouve le crime organisé, la corruption, le copinage, le patronage ou la fraude ? Pas très compliqué, il suffit de regarder dans quel secteur de l’économie le gouvernement « investit » notre argent… Pas besoin de la Commission Charbonneau pour comprendre ça…