Antagoniste


12 décembre 2012

Trop d’impôt tue l’impôt: spécial 2 pour 1 Économie États-Unis France Revue de presse

Le Figaro

Gérard Depardieu élit domicile en Belgique
Le Figaro

Gérard Depardieu, un des acteurs les mieux payés du cinéma hexagonal et qui a récemment cumulé les frasques, est désormais domicilié en Belgique, dans un village proche de la frontière française connu pour abriter de riches expatriés.

L’acteur âgé de 63 ans habite désormais à Néchin, a confié le bourgmestre (le maire) d’Estaimpuis, Daniel Senesael, aux sites internet de la RTBF et de RTL. «Il voulait trouver une résidence en Belgique pour échapper a la fiscalité française mais il aurait aussi bien pu s’installer a Bruxelles. Il a voulu quitter Paris, la ville, ses côtés parfois bruyants et trouver un peu de quiétude, de paix et de sérénité», a ajouté le maire au micro de la RTBF.

Le village de Néchin, qui compte 27% de Français, est distant de seulement un kilomètre de Roubaix. Des membres de la famille Mulliez, qui contrôle le groupe de distribution Auchan, y sont domiciliés. De riches Français s’installent en Belgique en raison de la fiscalité particulièrement avantageuse pour les grosses fortunes: il n’y a pas d’impôt sur la fortune ni de taxation des plus-values, et les droits de succession sont plus avantageux qu’en France. Il faut pour cela résider en Belgique, sans pour autant acquérir la nationalité belge.

Bloomberg BusinessWeek

Rich Gain as Companies Seek to Beat Obama Tax Increases
Bloomberg BusinessWeek

The wealthy look set to enjoy a windfall in the closing weeks of the year as companies push money out the door to beat the higher tax rates advocated by President Barack Obama.

More than 150 companies, from Costco Wholesale Corp. to Las Vegas Sands Corp. (LVS), have declared special dividends totaling about $20 billion this quarter to avoid anticipated tax increases in 2013, according to data compiled by Bloomberg. Others, including law and private-equity firms, probably will pay bonuses, partnership distributions and commissions early for tax reasons, according to Lou Crandall, chief economist at Wrightson ICAP LLC in Jersey City, New Jersey.

“We’re going to have a big jump in household income in the fourth quarter” said Crandall, whose company is a subsidiary of ICAP Plc, the world’s largest broker of transactions between banks. “It’s going to be in excess of $50 billion.”

Much of that will go to upper-income Americans, the very people Obama has targeted to pay higher taxes.

Imposer un riche à 5% rapporte plus au gouvernement qu’imposer un riche à 50% si celui-ci décide de quitter le pays pour aller vivre dans un autre où le riches sont imposés à… 5% ! Mais cette simple logique comptable est incompréhensible pour la gauche.

On l’oublie souvent, mais s’il y a des paradis fiscaux, c’est forcément parce qu’il y a des enfers fiscaux. Au lieu de faire la lutte aux paradis fiscaux, pourquoi ne pas devenir nous même un paradis fiscal pour les contribuables ?


11 décembre 2012

Les contribuables de la semaine: Drummondville & Parisville Gaspillage Québec

Attention, politicien au travail !Entre le 1er et le 7 décembre 2012, le gouvernement du Québec a annoncé des dépenses de 186 547 900$ en subventions, prêts et programmes de financements.

Sachant que dans le budget de Nicolas Marceau on prévoit que les contribuables, au nombre de 6 298 799, vont payer 20 400 000 000$ en impôt sur le revenu, pour une moyenne de 3 239$/contribuable, cela signifie qu’en moyenne, l’impôt de 57 599 contribuables sera nécessaire, uniquement pour payer les annonces faites entre le 1er et le 7 décembre 2012.

Sachant que les contribuables représentent grosso modo 78% de la population, c’est un peu comme si tous les impôts des contribuables des villes de Drummondville et Parisville avaient été utilisés uniquement pour payer les subventions, prêts et programmes de financements du gouvernement réalisés entre le 1er et le 7 décembre 2012.


11 décembre 2012

Top 5 Qc-Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (4-10 décembre) selon Influence Communication:

Actualité Québec

Actualité Canada

Petit commentaire personnel: du fucking ski de fond devant le scandale André Boisclair !?!?!?

Source:
Influence Communication


11 décembre 2012

Niveau des océans, une autre erreur des réchauffistes Environnement International Revue de presse

Journal of Climate

Twentieth-century global-mean sea-level rise: is the whole greater than the sum of the parts?
Journal of Climate

Confidence in projections of global-mean sea-level rise (GMSLR) depends on an ability to account for GMSLR during the 20th century. There are contributions from ocean thermal expansion, mass loss from glaciers and ice sheets, groundwater extraction and reservoir impoundment. We have made progress towards solving the “enigma” of 20th-century GMSLR—that is, the observed GMSLR has been found to exceed the sum of estimated contributions, especially for the earlier decades. We propose that: thermal expansion simulated by climate models may previously have been underestimated owing to their not including volcanic forcing in their control state; the rate of glacier mass loss was larger than previously estimated, and was not smaller in the first than in the second half of the century; the Greenland ice-sheet could have made a positive contribution throughout the century; groundwater depletion and reservoir impoundment, which are of opposite sign, may have been approximately equal in magnitude. We show that it is possible to reconstruct the timeseries of GMSLR from the quantified contributions, apart from a constant residual term which is small enough to be explained as a long-term contribution from the Antarctic ice-sheet. The reconstructions account for the approximate constancy of the rate of GMSLR during the 20th century, which shows small or no acceleration, despite the increasing anthropogenic forcing. Semi-empirical methods for projecting GMSLR depend on the existence of a relationship between global climate change and the rate of GMSLR, but the implication of our closure of the budget is that such a relationship is weak or absent during the 20th century.

Pour ceux qui se sont perdus dans le jargon scientifique, cette étude montre que contrairement à ce que prédisaient les modèles climatiques, il n’y a pas eu d’augmentation du niveau des océans en lien avec le réchauffement (voir les passages surlignés)…

Il va de soi que cet article, publié dans un journal scientifique renommé, sera ignoré par nos médias. Parler de cet article équivaudrait à dire qu’il n’existe pas de consensus scientifique…


10 décembre 2012

Société et gouvernement: la confusion socialiste Économie En Citations Philosophie

Frédéric Bastiat

Dans son classique, La Loi, Bastiat explique que les socialistes sont incapables de faire la différence entre le gouvernement et la société. Ainsi, chaque fois qu’une personne s’oppose à ce qu’une chose soit faite par le gouvernement, les socialistes concluent que cette personne s’oppose à ce que cette chose soit faite par quiconque.

« Le Socialisme, comme la vieille politique d’où il émane, confond le Gouvernement et la Société. C’est pourquoi, chaque fois que nous ne voulons pas qu’une chose soit faite par le Gouvernement, il en conclut que nous ne voulons pas que cette chose soit faite du tout. Nous repoussons l’instruction par l’État; donc nous ne voulons pas d’instruction. Nous repoussons une religion d’État; donc nous ne voulons pas de religion. Nous repoussons l’égalisation par l’État; donc nous ne voulons pas d’égalité, etc. C’est comme s’il nous accusait de ne vouloir pas que les hommes mangent, parce que nous repoussons la culture du blé par l’État. »


10 décembre 2012

La gauche, les pétrolières et les subventions Économie En Chiffres Environnement États-Unis

Si on m’avait donné 1¢ chaque fois qu’un gauchiste a essayé de faire croire à la population que les pétrolières étaient lourdement subventionnées par les gouvernements, aujourd’hui j’aurais beaucoup de sous…

La prochaine fois qu’un gauchiste vous dira que les pétrolières reçoivent du « BS corporatif » en quantité disproportionnée, montrez-lui les chiffres suivants, produits par le Congressional Budget Office, un organisme indépendant et non partisan qui est chargé d’analyser les politiques économiques du gouvernement américain.

Énergie Subventions

Les subventions aux pétrolières ont augmenté avec Jimmy Carter pour ensuite être réduites par Ronald Reagan et George H.W. Bush.  Ensuite, de Bill Clinton à Barack Obama en passant par George W. Bush, elles sont restées relativement stables.  Par contre, les subventions aux énergies vertes ont explosé sous les présidences de George W. Bush et Barack Obama.

Depuis le début des années 2000, les pétrolières ont reçu du gouvernement 44,1 milliards de dollars contre 77,9 milliards pour les énergies vertes.  Autrement dit, pour chaque 1$ reçu par les pétrolières, les énergies vertes ont reçu 1,77$, presque le double.

De plus, garder en tête que le graphique ne tient pas compte de la proportion de l’énergie fournie par chaque secteur.  Par exemple en 2011, les énergies vertes ont reçu 80% des subventions malgré que ce secteur ne soit responsable que de la production de 8% de l’énergie. Inversement, les pétrolières ont reçu 15% des subventions et elles ont produit 38% de l’énergie utilisée aux États-Unis.  En tenant compte de l’énergie produite, les subventions aux énergies renouvelables sont encore plus disproportionnées.

De plus, on peut se poser des questions sur l’utilité de ces subventions…  Voici l’évolution de l’indice RENIXX, un indice boursier qui tient compte de la valeur des 30 plus grosses compagnies oeuvrant dans le secteur des énergies renouvelables:

Énergie Subventions

N’importe qui peut constater que les industries associées aux énergies vertes se sont complètement effondrées depuis 2008, et ce, malgré les milliards en subvention !  D’ailleurs selon une étude réalisée en Espagne, pays qui a été un chef de file dans les énergies renouvelables, pour chaque emploi subventionné qui est créé dans les énergies vertes, 2,2 emplois sont perdus dans les autres secteurs de l’économie!

Maintenant, vous savez quoi répondre quand la gauche vous parlera des subventions aux méchantes pétrolières !

Source:
Congressional Budget Office
Federal Financial Support for the Development and Production of Fuels and Energy Technologies


10 décembre 2012

La fin pour une oligarchie syndicale Économie États-Unis Revue de presse

The Grand Rapids Press

Right-to-work bills win approval from Michigan Senate, House
The Grand Rapids Press

After hours of debate, the Republican-dominated Michigan Legislature on Thursday approved bills that would make Michigan the 24th state with a right-to-work law prohibiting unions from collecting dues or fees from workers as a condition of employment.

It was a historic and tension-filled process, marked by occasional yells and clapping from union members sitting above in the Senate gallery to watch. Some were escorted out or left voluntarily after yelling down at senators as Lt. Gov. Brian Calley – the Senate president – sought decorum. Senate Bill 116, approved 22-16, would apply to private employees and House Bill 4003 – which passed 22-4 – to public workers; the House earlier approved House Bill 4054 for public employees on a 58-52 vote.

Nearly 18 percent of Michigan workers are union members, the fifth-highest percentage in the U.S. It would be just the second state in the industrial Midwest and Northeast with right-to-work law, joining Indiana.

Noting that President Barack Obama’s spokesman said the president opposes the Michigan legislation, Sen. Morris Hood III, D-Detroit, said Snyder should now worry the Obama administration will not approve his much-desired new bridge between Detroit and Windsor.

Le « Right-to-work act » abolit l’équivalent canadien de la formule Rand.

Si les syndicats pensent faire un bon travail, pourquoi l’abolition de la formule Rand leur fait-elle si peur? Dans un bon syndicat, personne n’aura envie de ne plus payer ses cotisations syndicales. Par contre, un syndicat qui utilise ses cotisations pour financer le procès de Gabriel Nadeau-Dubois ou une manifestation anti-israélienne ne pourrait survivre sans la formule Rand, parce que sans cette obligation, aucun employé n’accepterait de voir l’argent de ses cotisations être dilapidé dans des causes idéologiques auxquelles il ne s’identifie pas.

Voilà pourquoi nos syndicats aiment tant la formule Rand: pour protéger leur oligarchie aux dépens des travailleurs qu’ils sont censés représenter.


6 décembre 2012

Culture de corruption Canada Économie États-Unis

Corruption

Publication l’indice de corruption de Transparency International hier. Deux constats…

1- Quand Barack Obama est devenu président, les États-Unis occupait le 18e rang dans le classement. En 2012, les États-Unis doivent se contenter de la 19e position…

2- Quand Stephen Harper est devenu premier ministre, le Canada occupait le 14e rang dans le classement. En 2012, le Canada a rebondi en 9e position (et ce malgré la performance atroce du Québec)…

Source:
Transparency International
Corruption Perceptions Index


6 décembre 2012

Le déclin tranquille (VII): les entrepreneurs québécois Canada Économie En Chiffres Québec

Voici une série de billets qui sera consacrée au déclin économique du Québec. Toutes les semaines, deux indicateurs économiques seront juxtaposés, histoire de voir dans quelle direction le Québec évolue…

Voici le poids relatif du Québec dans la fédération canadienne en ce qui a trait au nombre d’entrepreneurs et à la population:

Déclin Québec

Premier constat: la proportion d’entrepreneurs québécois a toujours été inférieure à notre poids démographique, i.e. l’économie du Québec, depuis 1976, n’a jamais roulé à son plein potentiel; les Québécois ont toujours accusé un retard sur les autres Canadiens.

Second constat: si au milieu des années 80 l’entrepreneuriat québécois a eu un léger regain de vie, la province ne s’est jamais véritablement relevée de la récession de 90, un lent déclin depuis…  En aucun moment, l’on ne peut observer une tendance soutenue indiquant que le Québec effectue du rattrapage.

Troisième constat: si le nombre d’entrepreneurs québécois en 2011 était proportionnel à notre poids démographique, l’économie de la province serait plus riche de 72 800 hommes d’affaires !

Question aux gauchistes: pouvez-vous m’indiquer sur ce graphique qu’elles sont les périodes montrant que le modèle québécois fonctionne ?

Sources:
Statistique Canada
Tableau 282-0012
Tableau 051-0005

À lire aussi: