Antagoniste


17 décembre 2012

La marchandisation de l’éducation Économie Gauchistan Québec

TartisteQuand le gouvernement fédéral a annoncé que les droits d’auteurs des artistes n’allaient pas s’appliquer aux œuvres utilisées comme matériel pédagogique dans les écoles primaires et secondaires, j’étais convaincu que les artistes et les carrés rouges du PQ allaient sauter de joie. En refusant d’appliquer le droit d’auteur dans les écoles, on reconnaissait que l’éducation n’était pas un bien comme les autres, à savoir qu’il serait immoral de voir une petite minorité d’entrepreneurs privés (les artistes) s’enrichir sur le dos d’enfants qui ne désirent qu’apprendre !

Après tout, la culture et l’éducation sont des biens communs qui sont essentiels à l’épanouissement de notre nation; comment peut-on tolérer que ces deux biens communs soient traités comme de vulgaires biens de consommation qui sont soumis aux lois du marché ?  D’autant plus que les artistes étant déjà subventionnés avec l’argent de nos taxes, il est normal que le fruit de leur travail appartienne au peuple et à ses institutions scolaires.  La société civile devrait considérer qu’il est inadmissible que le secteur privé puisse faire de l’argent lorsqu’un service essentiel (l’éducation) est rendu à la population en utilisant quelque chose qui appartient à tous les Québécois (la culture).

Hé bien non…  Il semble que certaines exceptions s’appliquent au droit de marchandisation de l’éducation puisque la semaine dernière le PQ a annoncé qu’en réaction à la nouvelle loi fédérale sur les droits d’auteur, le gouvernement allait dépenser quelques millions pour compenser les artistes qui voient leurs oeuvres être utilisées dans les écoles…  Comme par magie, les artistes et les carrés rouges ont soudainement découvert  les avantages de…  la propriété privée !


17 décembre 2012

So-So-So, Solidarité !!! Canada Économie En Chiffres États-Unis Québec

Le temps des fêtes est synonyme de générosité, voici comment le Québec se compare au reste de l’Amérique (pour ceux qui désirent trouver rapidement la position du Québec, je vous suggère de commencer par la fin du classement).

Générosité Québec

M’enfin, si j’étais Jean-François Lisée je dirais que le Québec se classe très bien puisque si on exclut les 57 États/provinces qui nous devancent, le Québec se classe premier !

Plus sérieusement, un dollar donné à un organisme de charité aide probablement plus les pauvres que cent dollars donnés au gouvernement. Quand on donne à un organisme de charité, on confie notre argent à des gens qui se dévouent pour les pauvres, souvent bénévolement. Quand on donne au gouvernement, on confie notre argent à des gens qui veulent surtout engraisser la bureaucratie syndicale.

Ce n’est pas un hasard si la gauche est partie en guerre contre la fondation du docteur Julien…

Sources:
Fraser Institute
Generosity in Canada and the United States: The 2012 Generosity Index


17 décembre 2012

Quitter la France Économie France Revue de presse

Le Journal du Dimanche

Gérard Depardieu : « Je rends mon passeport »
Le Journal du Dimanche

Extrait de la lettre de Gérard Depardieu qui explique sa décision de quitter la France au premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Je n’ai malheureusement plus rien à faire ici, mais je continuerai à aimer les Français et ce public avec lequel j’ai partagé tant d’émotions! Je pars parce que vous considérez que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés.

Je pars, après avoir payé, en 2012, 85% d’impôt sur mes revenus. Mais je conserve l’esprit de cette France qui était belle et qui, j’espère, le restera. Je vous rends mon passeport et ma Sécurité sociale, dont je ne me suis jamais servi. Nous n’avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde, comme mon père me l’a toujours inculqué.

Je n’ai jamais tué personne, je ne pense pas avoir démérité, j’ai payé 145 millions d’euros d’impôts en quarante-cinq ans, je fais travailler 80 personnes dans des entreprises qui ont été créées pour eux et qui sont gérées par eux. Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande monsieur Ayrault, Premier ministre de monsieur Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous? Malgré mes excès, mon appétit et mon amour de la vie, je suis un être libre, Monsieur, et je vais rester poli.

Gérard Depardieu a décidé, de revêtir le costume de John Galt…

Au Québec, nous aurions besoin d’un Gérard Depardieu pour s’indigner de la sorte…