Voici une série de billets qui sera consacrée au déclin économique du Québec. Toutes les semaines, deux indicateurs économiques seront juxtaposés, histoire de voir dans quelle direction le Québec évolue…

Dimanche dernier, « Biz » des « Loco Locass » a affirmé n’avoir aucun problème à recevoir un chèque du fédéral, puisque plus de la moitié de son impôt prenait le chemin d’Ottawa. Voilà qui entretient la fausse perception voulant que ce soit le Québec qui fait vivre la fédération canadienne (croyez-le ou non, des gens le pensent vraiment!)…

Question de remettre les pendules à l’heure, voici le poids relatif du Québec dans la fédération canadienne en ce qui a trait aux recettes du fédéral (i.e. tout l’argent qu’Ottawa vient chercher au Québec) et à la population.

Déclin Québec

Premier constat: à partir de 1963, le Québec a cessé de faire sa juste part, c’est-à-dire que la proportion des revenus du gouvernement fédéral venant du Québec est passée sous la proportion de la population québécoise.  Durant cette période, la part des recettes d’Ottawa au Québec a reculé de 36,3% alors que la part de la population a reculé de 19,5%.

Deuxième constat: c’est au moment de la Révolution tranquille (1963-1973) et lors du règne de Jean Charest (2003-2009) que la proportion des revenus fédéraux venant du Québec a chuté le plus dramatiquement.

Troisième constat: si une partie du décrochage entre la proportion des revenus venant du Québec et la proportion de la population s’explique par l’introduction de l’abattement fiscal du Québec, ce décrochage n’en reste pas moins un bon indicateur de l’appauvrissement de la population, plus les gens sont pauvres, moins ils payent d’impôts et de taxes.

Quatrième constat: pour faire leur juste part, c’est-à-dire pour que la proportion des recettes du fédéral venant du Québec soit équivalente à la proportion de la population québécoise, nous devrions envoyer 10,4 milliards de plus chaque année à Ottawa, l’équivalent de 1 335$ par habitant (5 340$ pour une famille de quatre).

Morale de l’histoire, quand Ottawa envoie 1$ au Québec, moins de 20¢ vient de nos poches, le reste vient du ROC.

Sources:
Statistique Canada
Tableau 384-0022
Comptes économiques des provinces et des territoires
Tableau 051-0005

À lire aussi: