Voici une série de billets qui sera consacrée au déclin économique du Québec. Toutes les semaines, deux indicateurs économiques seront juxtaposés, histoire de voir dans quelle direction le Québec évolue…

Voici le poids relatif du Québec dans la fédération canadienne en ce qui a trait aux « riches » (revenu de plus de 150 000$) et à la population:

Déclin Québec

Premier constat: sauf rares exceptions, la proportion de « riches » au Québec a toujours été inférieure à la proportion de la population, i.e. les Québécois ont toujours accusé un retard sur les autres Canadiens, notre économie n’a pas produit autant de riches qu’elle aurait pu.

Deuxième constat: malgré les importantes variations (plus importante que j’aurais cru), on peut distinguer 3 phases: 1-un déclin entre 1976 et 1992 (René Lévesque/Robert Bourassa), 2-un rattrapage de 1992 à 2000 (Parizeau/Bouchard) et 3-un déclin de 2003 à 2008 (Charest).

Troisième constat: si la proportion de « riches » en 2010 était équivalente à notre poids démographique, nous aurions 37 205 personnes de plus avec un revenu de 150 000$ et+.

Troisième constat: en aucun moment l’on peut observer une tendance soutenue indiquant que le Québec effectue du rattrapage de son revenu personnel disponible par rapport à la population, globalement depuis 1976 la situation s’est dégradée.

Il faut toujours se méfier des politiciens qui proposent d’augmenter les impôts des « riches », car le Québec étant pauvre en riches et riche en pauvres, ces augmentations d’impôts finissent invariablement dans le portefeuille de la classe moyenne.

Source:
Statistique Canada
Tableau 202-0402

À lire aussi: