Non à La GaucheLa gauche est en train de reculer et le plus beau, elle ne s’en rend pas encore tout à fait compte !

Même si les preuves commencent à s’accumuler, c’est encore un secret bien gardé… Exploitation du pétrole, redevances des minières, impôt des plus riches, loi 101, libre-échange avec l’Europe, plan Nord… Pauline Marois ne serait pas en train de reculer sur certains éléments essentiels du programme péquiste si elle pensait que la nation serait prête à accepter le gauchisme radical qu’elle a embrassé pour se maintenir à la tête de son parti.

Et les péquistes acceptent ces multiples voltes-faces sans trop broncher parce qu’ils savent que Pauline Marois n’a pas d’autres options si elle veut avoir une chance de gagner la prochaine élection. Cela est en soi une reconnaissance de la défaite, une résignation à l’idée que la grande expérience idéologique, annoncée par la montée des forces radicales progressistes, n’a gagné aucune traction dans la population québécoise.