Quand vient le temps de critiquer le gaz de schiste, on peut compter sur Radio-Canada…

La semaine dernière, le diffuseur national a déployé des efforts surhumains pour trouver une illustre inconnue qui est venue raconter que les retombés économiques associées à l’exploitation du gaz de schiste sont négligeables

Vraiment ?

Voici le profil de l’emploi en Pennsylvanie depuis 2001.  La Pennsylvanie est assise sur la formation de Marcellus qui est entrée en exploitation au milieu des années 2000:

Gaz De Schiste

Voici le profil de l’emploi au Texas depuis 2001.  Le Texas est assis sur la formation de Barnett qui est entrée en exploitation au milieu des années 2000:

Gaz De Schiste

Voici le profil de l’emploi dans le Dakota du Nord depuis 2001.  Le Dakota du Nord est assis sur la formation de Bakken qui est entrée en exploitation à la fin de l’année 2008:

Gaz De Schiste

Je vous invite aussi à porter une attention toute spéciale sur les salaires indiqués sur chacun des graphiques…

La pseudo-experte de Radio-Canada minimise l’exploitation des gaz de schiste en disant que depuis dix ans, cette industrie n’aurait créé que 68 000 emplois.  Même si l’on suppose que ce chiffre est véridique, cette affirmation ne vaut pas grand-chose pour les raisons suivantes:

  1. L’industrie du gaz de schiste est vieille de 5-6 ans, il est malhonnête de faire une comparaison sur dix ans;
  2. L’industrie du gaz de schiste a dû composer avec la dernière récession et contrairement aux autres secteurs de l’économie, elle a créé des emplois au lieu d’en détruire;
  3. Il faut aussi tenir compte des emplois indirects.

Voici d’autres chiffres sur les gaz de schiste:

  • En 2010 aux États-Unis, cette industrie a donné du travail à 600 000 personnes, d’ici 2015 ce nombre devrait être porté à 870 000;
  • À elle seule, durant la dernière récession, cette industrie a créé 9% des nouveaux emplois aux États-Unis;
  • Depuis trois ans aux États-Unis, cette industrie a fait économiser 250 milliards de dollars à la population;
  • Aux États-Unis, cette industrie est aussi responsable de la renaissance du secteur manufacturier;
  • D’ici 2015, cette industrie va faire augmenter le PIB des États-Unis de 118,2 milliards de dollars.

Mais au Québec, Martine Ouellet et Daniel Breton, les ministres de la régression économique et de l’éco-catastrophisme, ont dit « niet, niet, niet » au gaz de schiste. Au Québec, on est pauvre et on aime ça.

Sources:
U.S. Bureau of Labor Statistics
State and Metro Area Employment, Hours, & Earnings