Antagoniste


23 octobre 2012

Les « Bernard Madoff » de l’écologie Économie Élection 2012 Environnement États-Unis

Éolienne

Qu’on en commun les compagnies suivantes:

  • Evergreen Solar*
  • SpectraWatt*
  • Solyndra*
  • Beacon Power*
  • Nevada Geothermal
  • SunPower
  • First Solar
  • Babcock and Brown
  • Ener1*
  • Amonix
  • Fisker Automotive
  • Abound Solar*
  • A123 Systems*
  • Willard and Kelsey Solar Group*
  • Johnson Controls
  • Schneider Electric
  • Brightsource
  • ECOtality
  • Raser Technologies*
  • Energy Conversion Devices*
  • Mountain Plaza, Inc.*
  • Olsen’s Crop Service and Olsen’s Mills Acquisition Company*
  • Range Fuels*
  • Thompson River Power*
  • Stirling Energy Systems*
  • Azure Dynamics*
  • GreenVolts
  • Vestas
  • LG Chem’s subsidiary Compact Power
  • Nordic Windpower*
  • Navistar
  • Satcon*
  • Konarka Technologies Inc.*
  • Mascoma Corp.

La réponse…

  1. Ce sont des compagnies qui sont spécialisées dans les énergies vertes;
  2. Ce sont des compagnies qui ont reçu l’aide du gouvernement américain, grand total de 7,5 milliards de dollars;
  3. Ce sont des compagnies qui…  ont fait faillite, ont déposé une demande pour se protéger de leurs créanciers ou ont mis à pied plus de travailleurs qu’elles en ont embauchés !

Autrement dit, une liste qui se veut un monument consacré aux lubies des écologistes…

Ces compagnies ont eu besoin de l’aide du gouvernement, car les marchés ont jugé qu’elles ne représentaient pas un investissement rentable et responsable. En s’imaginant plus intelligents que les investisseurs privés, les gouvernements ne font que gaspiller notre argent…

Au Québec, on voit la même chose avec l’énergie éolienne, des investissements/gaspillages gouvernementaux qui ont été rendus inutiles par l’arrivée des gaz de schiste.

*Compagnie qui a déclaré faillite

Sources:
Heritage Foundation
President Obama’s Taxpayer-Backed Green Energy Failures


23 octobre 2012

Top 5 Qc/Ca Canada Québec Top Actualité

Le Top 5 de l’actualité québécoise et canadienne (16-22 octobre) selon Influence Communication:

Actualité Québec

Actualité Canada

Source:
Influence Communication


23 octobre 2012

Les mines québécoises, une roulette russe Économie Québec Revue de presse

Financial Times

ArcelorMittal explores iron ore stake sale
Financial Times

ArcelorMittal is exploring the sale of a stake in its $10bn Canadian iron ore business, as the world’s biggest steel company struggles to cope with the downturn in its key commodity.

People familiar with the matter said ArcelorMittal had appointed advisers and had been sounding out potential buyers of a stake in the business, formerly known as Québec Cartier Mining.

The entire business, which produced about 15m tonnes of iron ore concentrate last year, could be worth $8bn-$10bn, the people added. ArcelorMittal is considering selling a minority stake, probably about 30 per cent.

Since the financial crisis, the group has come under pressure, as the global steel industry battles a prolonged period of overcapacity caused by a collapse in European demand and slowing growth in Chinese consumption.

ArcelorMittal is the fourth-largest iron ore producer globally, and has said it plans to reach 84m tonnes of annual output by 2015.

Durant la campagne électorale, tous les partis ont dit qu’il était disposé à utiliser l’argent des contribuables pour acheter des parts dans le secteur minier québécois. Selon les politiciens, cela pourrait être une source inépuisable de revenus pour l’État québécois…

Quand on voit une grosse compagnie comme ArcelorMittal liquider une partie de ses actifs au Québec, il est permis de penser que les politiciens veulent jouer à la roulette russe avec notre argent…