Nordiques NationDurant la campagne,  Jean Charest a affirmé, non sans raison, que les perturbations économiques qui résulteraient de l’élection du PQ pourraient compromettre les chances de Québec d’obtenir un club de la NHL.

Mais même si Québec réussit à rapatrier les Nordiques, la chasse aux riches de Pauline Marois pourrait s’avérer un obstacle de taille dans la construction d’une équipe gagnante…

Par exemple, un joueur qui gagne actuellement 2 millions de dollars paye 948 937$ en impôt et son revenu disponible est de 1 051 063$.  Après la réforme Marois, il devra payer 127 300$ de plus en impôt et son revenu disponible sera de 923 763$.  Pour compenser le revenu perdu suite à la réforme Marois, on devrait augmenter le salaire de ce joueur de 300 000$.

Voici ce qu’on obtient pour les différentes classes de salaire:

Nordiques Nation

Les joueurs ne sont pas fous, si on augmente leurs impôts, ils exigeront un salaire plus élevé pour compenser cette perte.  Si un gros marché comme Montréal peut plus aisément absorber ces hausses de salaire, dans un petit marché comme Québec cela pourrait grandement affecter la capacité financière de l’équipe.

En ce sens, voici comment se comparerait Québec au marché de la Floride, Nashville et Dallas, là où les joueurs sont le moins imposés (le bonus salarial que Québec devrait verser à ses joueurs pour avoir le même revenu disponible que dans ces marchés):

Nordiques Nation

Le même exercice, mais avec le Minnesota qui représente la médiane au niveau de l’imposition dans la NHL:

Nordiques Nation

Finalement, l’exercice avec Winnipeg, un petit marché canadien comme Québec:

Nordiques Nation

Somme toute, à cause de la chasse aux riches de Marois, les Nordiques pourraient faire leur entrée dans la NHL avec les deux mains attachées dans le dos !

Source:

Graphic: Hockey havens not necessarily tax havens