Message diffusé sur twitter par le député de Borduas et ex « journaliste » pour Radio-Canada, à propos de l’exploitation de l’amiante…

Selon ce message, la décision du PQ de bannir l’amiante s’est soldée par des mesures punitives de la part du gouvernement Harper. Est-ce vrai, les conservateurs ont-ils puni les Québécois pour signifier leur mécontentement face à cette décision ?

Dans les faits, cette « attaque » a pris la forme d’une injection de 50 millions de dollars dans la région touchée par le bannissement de l’amiante pour aider les collectivités à se diversifier, rappelant que l’interdiction d’exploiter l’amiante est de compétence provinciale. Cette annonce a été saluée par le maire de Thetford Mines. Les conservateurs ont aussi annoncé, conformément aux désirs du Québec, qu’ils ne s’opposeront plus à l’inclusion du chrysotile dans la Convention de Rotterdam sur les produits dangereux.

Tout au plus, lors de l’annonce de ce nouveau programme de 50 millions, le ministre Christian Paradis a reproché à Pauline Marois d’avoir interdit l’amiante sans avoir annoncé de mesures pour venir en aide aux travailleurs touchés par cette décision…

Somme toute, pour Pierre Duchesne, le gouvernement Harper a attaqué « le Québec » en promettant d’investir 50 millions de dollars pour aider les travailleurs et en reconnaissant un domaine de juridiction provinciale.

Quand la souveraineté traîne à 28% dans les sondages, j’imagine qu’un gouvernement indépendantiste est prêt à se livrer à n’importe quelles bassesses pour créer des chicanes imaginaires…