Antagoniste


12 septembre 2012

La machine syndicale Économie En Vidéos Gauchistan

En trame de fond…  Les professeurs de Chicago font un salaire, avant avantages sociaux, de 76 000$ par an.  Cette semaine, ils ont déclenché une grève après avoir refusé une hausse de salaire de 16%.  Ceux-ci veulent une augmentation de salaire de 35% et la fin du processus d’évaluation des profs…

Un vidéo à voir absolument pour comprendre comment le pouvoir syndical pourrit la politique:

Pour en revenir aux professeurs, imaginez qu’après avoir pris le pouvoir, la CAQ réussisse à augmenter leur salaire en retour d’un processus d’évaluation. Je peux vous garantir que si le PQ prend le pouvoir lors de l’élection suivante, on va abolir l’évaluation sans que les salaires soient coupés…


12 septembre 2012

Le silence des médias Afghanistan Élection 2012 En Chiffres États-Unis Terrorisme

Voici comment a évolué le nombre de soldats tués en Afghanistan depuis le début de la guerre, soit depuis 2001:

Afghanistan

La guerre en Afghanistan en est maintenant à son 131e mois.  Pour les 87 premiers mois de cette guerre, Bush était le président des États-Unis.  Durant cette période, 564 soldats ont été tués. Pour les 44 mois suivants, la présidence a été occupée par Barack Obama et 1 454 soldats ont perdu la vie.

Autrement dit, Bush a supervisé 66% de la guerre en Afghanistan et sous sa présidence, on a enregistré 28% des pertes.  Obama a supervisé 33% de la guerre en Afghanistan et sous sa présidence, on a enregistré 72% des pertes.

Quand Bush était président, les médias se faisaient un devoir de couvrir avec assiduité chaque perte de vie, n’hésitant pas à nous montrer des cercueils rapatriés en sol américain…  Depuis qu’Obama est devenu président, même si la situation s’est considérablement détériorée, on ne parle plus du tout de l’Afghanistan…


12 septembre 2012

La grande panique syndicale ! Canada Économie Revue de presse

National Post

-

Tory transparency bill could shatter union business model
National Post

A Conservative MP’s private members’ bill, currently before Parliament, has ushered in a new age of anxiety for Canada’s labour movement. Such is the consternation in union-land that members are being called to mandatory special meetings to come up with some way, any way, to sink Russ Hiebert’s Bill C-377. Members of the International Association of Heat and Frost Insulators were informed they would be fined $50 if they failed to show up for one meeting.

The reason is that Mr. Hiebert’s financial transparency bill – which, among other things, would require unions to disclose how much money they spend on political activities – could shatter the union business model forever. We do not know how much of the $4.5-billion collected in union dues is spent on political hobby-horses by the leadership, since there is no requirement to disclose that information. But we can assume that in many cases, those who are forced to donate around two weeks’ pay a year to the unions do not agree with the causes chosen.

The Tories argue that the bill would merely bring Canada into line with Australia, France, Germany, the U.S. and U.K. Moreover, they feel many rank and file workers sympathize with their attempts to force union disclosure, backing the NDP into a position where they have to defend the union bosses. With its very existence at stake, it’s no surprise the labour aristocracy is being forced to coerce its own members with 50-buck fines to make sure they show up and rally against the Hiebert bill.

Ce sera tordant de voir le PQ s’en prendre à Ottawa pour protéger leurs alliés syndicaux, surtout que j’ai l’impression qu’une écrasante majorité de Québécois sera d’accord avec ce projet de loi !

L’occasion idéale pour répéter que Marois a les mains attachées par le pouvoir financier des syndicats !