Depuis le début de la campagne, le PQ et la CAQ ont abondamment parlé de nationalisme économique…

Cet enjeu électoral nous rappelle, comme le disait Wilfrid Laurier, que les Canadiens-français n’ont pas d’opinion, ils sont des émotions…

Mise en situation. Vous êtes un entrepreneur montérégien à la tête d’une petite PME. Un homme d’affaires du Saguenay vous contacte pour vous dire qu’il serait très intéressé à investir dans votre compagnie. Qu’elle serait votre réaction ?

A) Cette offre vous emballe, elle va vous permettre de prendre de l’expansion et de mieux faire connaître votre produit. Pour vous, c’est un signe que votre entreprise est bien gérée, car elle inspire assez confiance pour attirer de nouveaux investisseurs.

B) Vous informez l’homme d’affaires qu’il n’est pas question d’accepter de l’argent qui provient du Saguenay. Votre entreprise étant montérégienne, vous acceptez uniquement les investissements des gens de votre région. Pour vous, il n’est pas question de voir un Saguenayen venir en Montérégie pour exploiter des travailleurs.

Toute personne la moindrement raisonnée choisira la première réaction. Pourtant, au Québec, quand on apprend que des « étrangers » veulent venir investir leur argent dans notre province, la réaction des gens a plus tendance à être celle du deuxième scénario…

C’est spécialement le cas quand on apprend que des « étrangers » veulent investir dans « nos » ressources naturelles. Au lieu de voir que de l’argent neuf sera investi pour créer des emplois et faire rouler l’économie, les gens s’imaginent plutôt que les « étrangers » viennent ici pour nous voler. Ce réflexe nationaliste est aussi très présent dans la coalition de François Legault.

Pourtant, cette réaction qui est tout aussi rationnelle que celle de notre entrepreneur montérégien qui refuserait l’argent d’un investisseur saguenayen.

Au Canada, voici les provinces où les « étrangers » investissent le plus:

Investissements Étrangers

Investissements Étrangers

Le Québec représente 23,2% de la population canadienne, mais la province n’attire que 12,3% des investissements étrangers faits au Canada…  C’est l’un des pires ratios !

Les nationalistes vont peut-être se réjouir de la position médiocre du Québec, mais les gens rationnels vont plutôt y voir une tragédie. Le peu d’investissements étrangers au Québec prive la province d’argent frais qui pourrait créer des emplois. C’est aussi le reflet du manque de confiances des « étrangers » à l’égard de notre économie.

Et qu’en est-il de l’argument voulant que les investissements étrangers ne soient bons qu’à voler la population ? Je suis sûr que les Albertains ont une opinion très différente sur cette question… Voici les chiffres:

Investissements Étrangers

Sauf pour Terre-Neuve, on voit une belle corrélation entre les investissements étrangers et le revenu médian: plus les investissements sont hauts, plus les gens ont de bons revenus. Et pour Terre-Neuve, les investissements étrangers associés à l’exploitation de leurs ressources pétrolières sont encore très récents. Si l’on regarde l’évolution du revenu personnel disponible depuis 2001, celui-ci a crû de 35,4%. Au Québec (2e pire performance au Canada).  Durant la même période, la croissance a été  de 56,9% à Terre-Neuve.

Les gens qui affirment que les investissements étrangers spolient les gens de leurs ressources basent leur jugement sur des émotions et non pas sur la raison. Mais le nationalisme se définit précisément par le triomphe des émotions sur la raison…

Je conclus en paraphrasant un sketch de l’humoriste français Fernand Raynaud:

« J’aime pas les étrangers, ils viennent manger le pain des Français.
Un jour, l’étranger a quitté le village avec sa femme et ses enfants.
Et depuis ce jour, on ne mange plus de pain…
Il était boulanger ! »

Sources:
Statistique Canada
Investissements étrangers et nationaux au Canada
Tableau 029-0005
Tableau 051-0001

Institut de la statistiques du Québec
Revenu personnel disponible par habitant