Antagoniste


25 juillet 2012

Une question pour les rouges… Coup de gueule En Images Gauchistan Québec

Banderole aperçue lors de la manifestation du 22 juillet:

Chiffons Rouges
« Voter c’est abdiquer, s’abstenir c’est lutter »

Je me demandais, est-ce que ce slogan s’applique aussi lors des votes de grève des associations étudiantes ?

Parlant de vote, à plusieurs reprises les différents porte-parole de la CL(ASSÉ) ont dit qu’ils n’étaient pas sûrs de reconnaître la légitimité de la prochaine élection provinciale si le résultat ne faisait pas leur affaire…

Je me demandais, les étudiants qui sont contre la grève et qui n’aiment pas le résultat du scrutin tenu lors d’une assemblée ont-ils la liberté de ne pas reconnaître la légitimité de ce vote et d’aller à leurs cours ?

M’enfin, j’ai comme l’impression que tous les beaux principes de la CL(ASSÉ) sont à sens unique…


25 juillet 2012

Paradis fiscal: le mirage… Économie En Chiffres En Vidéos Gauchistan International

Cette semaine, on a appris qu’il y avait jusqu’à 32 billions de dollars qui « dorment » dans les paradis fiscaux, ce qui prive les gouvernements de revenus pouvant aller jusqu’à 280 milliards de dollars.  Il n’en fallait pas plus pour faire saliver les gauchistes, ces derniers éprouvent toujours un plaisir malsain quand vient le temps de mettre la main sur de l’argent qui ne leur appartient pas…

Mais si les gouvernements de la planète pouvaient mettre la main sur ces 280 milliards de dollars, est-ce que ce serait la fin de tous nos problèmes ?

Voici ce que représente cette somme par rapport au déficit prévu pour l’année en cours par l’ensemble des gouvernements en 2012…

Paradis Fiscaux

Si on pouvait taxer l’ensemble des sommes qui se trouve dans les paradis fiscaux, on pourrait seulement éponger… 8,75% des déficits !  La somme qui fait tant saliver les gauchistes n’est pas si considérable quand on la met en contexte…

Voilà qui confirme que les gouvernements n’ont pas un problème de revenus, mais de dépenses.

Tout ce que les médias n’ont jamais osé vous dire sur les paradis fiscaux:

On l’oublie souvent, mais s’il y a des paradis fiscaux, c’est forcément parce qu’il y a des enfers fiscaux. Au lieu de faire la lutte aux paradis fiscaux, pourquoi ne pas devenir nous même un paradis fiscal pour les contribuables ?

Source:
Economist Intelligence Unit
The global debt clock


25 juillet 2012

Gaz de schiste: le succès américain et la proprité privée Économie États-Unis Revue de presse

The Wall Street Journal

The Shale Gas Secret
The Wall Street Journal

‘Whoever owns the soil, it’s theirs up to Heaven and down to Hell. » So goes the ancient common-law principle. Today, however, almost no major country recognizes full subsurface private property rights, except for the United States.

We mention this because that blessing of American jurisprudence helps explain one of the few bright patches in the Obama economy—the booming production of shale gas and, increasingly, oil. The U.S. ranked 159th in GDP growth last year. But in natural gas production, it’s now No. 1.

What has given the U.S. its edge is that the early development risks were largely borne by small-time entrepreneurs, drilling a lot of dry holes on private land. These « wildcat » developers were gradually able to buy up oil, gas and mineral leases from private owners while gathering enough geological data to bring in commercial producers.

Meantime, some of the property owners who leased their mineral rights to companies have received royalty checks, typically worth at least 12.5% of production value. That’s encouraged further leasing and exploration, generated popular momentum for fracking, and brought development to previously depressed regions such as western Pennsylvania and the Bakken area of North Dakota.

Les États-Unis, l’un des seuls pays où les ressources naturelles sont la propriété du propriétaire du terrain et pas celle du gouvernement. Résultat: un secteur dynamique qui, au lieu de favoriser les gros joueurs (qui sont les seuls avec un accès facile au gouvernement), favorisent plutôt l’émergence de petits entrepreneurs.

Un clou de plus dans le cercueil des partisans de la nationalisation, de l’étatisation et des ennemies de la propriété privée. Pour le Québec, c’est un modèle à imiter car c’est le seul modèle qui permet de respecter les intérêts des entrepreneurs et la population !