Antagoniste.net » 2012 » juillet » 22

Antagoniste


22 juillet 2012

La néolibéralophobie Canada Coup de gueule En Chiffres Gauchistan Québec

Le 22 juillet, dehors les néolibéraux…

Telle est la dernière stupidité trouvée par la CLASSE de Gabriel Nadeau-Dubois pour essayer de ne pas sombrer dans l’oubli…

Mais la question demeure, à part dans l’imagination de la CLASSE de Gabriel Nadeau-Dubois, où peut-on trouver des néolibéraux au Québec ?

Voici dans quelle mesure la taille du gouvernement québécois a augmenté depuis que Jean Charest est au pouvoir:

Socialisme

Depuis que Jean Charest est au pouvoir non seulement la taille du gouvernement n’a pas diminué, elle a augmenté !  Pour ceux qui n’ont pas compris, ça veut dire que Jean Charest est plus socialiste que néolibéral. D’ailleurs, Jean-François Lisée a écrit un livre la-dessus

Vous en connaissez beaucoup des gouvernements néo-libéraux avec une bourse du carbone, une régie de l’énergie, une régie du logement, une régie des alcools, des courses et des jeux, une régie du cinéma un régime de garderie universel, une assurance médicament universelle, des congés parentaux universels, un programme de fertilisation in vitro universel, alouette…

Seul un zélote anarcho-communiste peut considérer le Québec comme étant néolibéral.

Source:
Statistique Canada
Comptes économiques des provinces et des territoires


22 juillet 2012

L’échec de Gabriel Nadeau-Dubois et de sa CLASSE Coup de gueule Gauchistan Québec

Les carrés rouges en tournée!Voici un extrait de la lettre de candidature de Gabriel Nadeau-Dubois, écrite en mai 2010, au poste de Secrétaire aux communications de l’ASSÉ:

La guerre que nous aurons à mener dans les prochaines années sera aussi idéologique. Et, qu’on le veuille ou non, le champ de bataille privilégié de cet affrontement sont les grands médias. Impossible, aujourd’hui, de penser l’espace public en ignorant ceux qui, malheureusement, le contrôle de plus en plus. Tout en continuant de développer des canaux alternatifs comme l’Ultimatum, il est primordial de monter au front et de combattre nos ennemis sur le terrain du discours. Ne l’oublions pas: avant de lire l’Ultimatum, les étudiants et étudiantes ont lu La Presse et écouté LCN. Les médias, petits et grands, doivent faire partie de notre stratégie politique. Attention! Nous devons employer toutes nos énergies afin que notre relation avec les grands médias reste unidirectionnelle: c’est-à-dire de l’ASSÉ, vers les journalistes. Jamais l’inverse. Nous ne devons pas laisser les impératifs médiatiques dicter nos revendications et moyens d’actions, jamais. Mais soyons lucides (nous aussi): si nous ne nous occupons pas des médias, ce sont les médias qui s’occuperont de nous. Que nous le voulions ou non, les médias parleront de nous: les laisserons-nous dire ce qu’ils veulent ou tenterons-nous d’infléchir leur propos?

Il y aurait beaucoup à dire à propos de cet extrait, mais pour les besoins de la cause retenons qu’en 2010, la CLASSE de Gabriel Nadeau-Dubois avait l’intention d’utiliser les médias pour faire passer son message.

Une intention qui a été renouvelée en octobre 2011.  Voici un extrait de la lettre de candidature de Gabriel Nadeau-Dubois comme comme porte-parole de l’ASSÉ:

Plus que jamais, je suis convaincu que nous avons raison. Convaincu que nous avons le meilleur discours, les meilleures revendications et les meilleures alternatives à proposer. Pourquoi, alors, ne pas se donner les moyens de faire entendre ce discours sur les tribunes médiatiques? Laisserons-nous la parole aux autres acteurs du mouvement étudiant? À quoi peuvent bien servir d’avoir les meilleures idées, si celles-ci restent confinées dans les profondeurs des locaux associatifs de l’UQAM?

Il semble donc assez clair que l’un des éléments stratégiques de la CLASSE était d’utiliser les grands médias comme plate-forme de diffusion/propagande…

Maintenant, voici ce qu’a déclaré au Devoir ce même Gabriel Nadeau-Dubois le 12 juillet 2012 quand la CLASSE a annoncé le « Gabriel Nadeau-Dubois World Tour »:

L’idée, c’est de revenir aux revendications de base, d’expliquer aux gens quelles sont nos valeurs et ce que nous avons à proposer. Notre message passe toujours à travers le filtre des médias, alors nous voulons parler aux gens directement, sans détour.

Gabriel Nadeau-Dubois, après avoir répété que la CLASSE devait se servir des médias, dit maintenant que la CLASSE doit fuir les médias.

Un joli constat d’échec !

J’imagine que pour la CLASSE de Gabriel Nadeau-Dubois, avoir Pierre Foglia, Patrick Lagacé, Vincent Marissal, Marie-Claude Lortie, Nathalie Petrowski, Michèle Ouimet, Agnès Gruda, Rima Elkouri, Ariane Krol, Brigitte Breton, Anne-Marie Dussault, Pierre Duchesne, Jean Barbe, Léo-Paul Lauzon, Christopher Hall ou Jean-Marc Léger de leur côté c’était pas encore assez…  La CLASSE de Gabriel Nadeau-Dubois a beaucoup de difficulté à accepter le principe de la dissidence…


22 juillet 2012

Drill, baby, drill ! Économie Environnement États-Unis Revue de presse

The Economist

Shale gas is giving a big boost to America’s economy
The Economist

Now shale contributes a third of America’s gas supplies. The rise has been helped along by a variety of factors, such as the liberalisation of access to existing pipelines by third parties, a deep and liquid gas market that allowed the risks of drilling to be hedged, ready access to capital, America’s home-grown oil industry and the entrepreneurial zip that provided the men and equipment.

Gas has wrought some remarkable changes. Over the past five years America has recorded a decline in greenhouse-gas emissions of 450m tonnes, the biggest anywhere in the world. Ironically, given its far greater effort to tackle climate change, the European Union has seen its emissions rise.

Cheap gas is also helping other parts of America’s economy. The biggest winner might be the petrochemicals industry. It gobbles up gas as feedstock to make chemicals such as methanol and ammonia, a vital ingredient of fertiliser. These chemicals in turn provide cheaper raw materials for carmakers, agriculture, household goods and builders, or go for export at prices to compete with the world’s lowest-cost producers, the state-owned petrochemicals firms in the Middle East.

Les lobbys québécois qui s’opposent à l’exploitation des gaz de schiste peuvent seulement revendiquer un seul « exploit »: celui de nous avoir rendus plus pauvres…