Antagoniste


16 juillet 2012

La plèbe vous dit… Coup de gueule Gauchistan Québec

Gabriel Nadeau-DuboisJ’ai beaucoup rigolé en lisant le manifeste de la CL(ASSÉ), surtout quand je suis tombé sur ce court passage: « Nous sommes le peuple ».

La CL(ASSÉ) prend au sérieux son concept de démocratie directe, on peut même les qualifier de zélotes sur ce point.  Leurs « porte-paroles » n’ont même pas la capacité de se prononcer sur des enjeux très simples, comme la violence, sans avoir reçu la permission de leurs membres.  On se demande même si Gabriel Nadeau-Dubois doit demander la permission du congrès s’il désire pisser debout (un geste patriarcal)…

Alors imaginez mon étonnement quand j’ai vu que cette organisation, qui doit passer au vote avant de déclarer que 2+2=4, décider unilatéralement qu’elle parlait pour…  le peuple !

Avant de se donner le titre de porte-parole du peuple, j’invite la CL(ASSÉ) à rester fidèle à ses principes de démocratie directe et de demander la permission à la plèbe avant de parler en son nom…

M’enfin, peut-être que la CL(ASSÉ) a fait une entorse à ses principes, car elle avait déjà une bonne idée de ce qu’allait être la réponse du peuple…

À lire aussi:


16 juillet 2012

Arguing with Idiots: Richard Hétu Arguing with Idiots Élection 2012 États-Unis Hétu Watch

PinocchioIl y a longtemps que je n’ai pas exposé le manque de professionnalisme et de rigueur de Richard Hétu…  Mais vu les dérapages récents de ce dernier, je n’ai d’autre choix que de revenir sur ce sujet…

Le tout a débuté quand Hétu a reproché à Mitt Romney d’avoir fait une levée de fonds pour sa campagne chez des gens fortunés.    Pourtant, quelques semaines auparavant, George Clooney a organisé plusieurs levées de fonds pour Obama, dont une en Suisse, très « peuple » comme initiative…  Mais Richard Hétu a décidé de ne pas en parler…

Ensuite, Hétu a reproché à une donatrice à la campagne de Romney d’avoir dit que les gens ordinaires ne comprennent pas les enjeux économiques.   Pourtant, quand Bill Maher, qui a donné un million à la campagne d’Obama, dit que les Américains ordinaires sont des imbéciles, Richard Hétu a décidé de ne pas en parler…

Ensuite, Richard Hétu a accusé Mitt Romney d’avoir été un pionnier des délocalisations à l’époque où il dirigeait la société d’investissement Bain Capital.  Le Washington Post et l’organisme indépendant Fact Check ont conclu qu’il s’agissait de mensonges, mais Richard Hétu a décidé de ne pas en parler…

Continuant sur sa lancée, Richard Hétu a accusé Mitt Romney d’avoir menti sur la date à laquelle il a quitté Bain Capital.  Selon le cheerleader démocrate, Romney a quitté en 2002 et non pas en 1999.  Le Washington Post, Fact Check et le magazine Fortune, après avoir enquêté sur cette affaire, ont conclu que c’était faux.  D’ailleurs, deux employés de Bain Capital, qui ont contribué à la campagne d’Obama, ont aussi confirmé que cette histoire était fausse.  Mais Richard Hétu a décidé de ne pas en parler…

D’ailleurs, les affirmations de Richard Hétu sur la date de départ de Mitt Romney de Bain Capital s’appuient sur un « reportage » du Boston Globe.  Pourtant, un reporter du Boston Globe, dans une biographie intitulée « The Real Romney » a reproché à ce dernier d’avoir mis en péril la survie de Bain Capital lors de son départ précipité en 1999 (Romney est allé sauver les Jeux olympiques de Salt Lake City). Richard Hétu ne peut pas ignorer ce fait, car sur son blogue, il a fait l’éloge du livre « The Real Romney », confiant qu’il était en train de la lire « avec un vif intérêt ».

En bref, tout ce que raconte Richard Hétu sur Mitt Romney depuis le début du mois de juillet n’est que mensonge…

N’oubliez pas que Richard Hétu n’est que la pointe de l’iceberg quand il s’agit de parler de la partisanerie des médias, s’il est une cible si facile c’est uniquement parce qu’il est moins brillant que ses pairs quand vient le temps de camoufler son parti pris.


16 juillet 2012

La juste part Économie États-Unis Revue de presse

The Philadelphia Inquirer

Poll: Most want tax cut for everyone
The Philadelphia Inquirer

A majority of Americans want the Bush tax cuts extended for everyone, despite a strong push by President Obama to eliminate them on higher incomes, according to a new McClatchy-Marist poll.

The poll found 52 percent of registered voters saying they want all the tax cuts extended, including the tax cuts for incomes above $250,000, while 43 percent want the cuts extended just for incomes below that threshold.

All of the tax cuts first enacted under President George W. Bush are scheduled to expire on Dec. 31. Republicans want to extend them all. Obama wants to continue only those on income below $250,000 annually, and he vows to veto any move by Congress that would continue the higher-end tax cuts.

Young voters ages 18-29 favored tax cuts for everyone by a margin of 69-29, the largest margin of any age group.

Latinos favored tax cuts for all incomes by 62 percent to 36 percent. Whites supported tax cuts for every income by 50 percent to 44 percent. African Americans split, 48 percent for limiting the tax cuts to incomes below $250,000 and 47 percent for extending them to all incomes.

Ce sont les jeunes qui supportent le plus les baisses d’impôts de Bush, on est loin des carrés rouges québécois… C’est probablement pour ça qu’au sud de notre frontière l’avenir est moins sombre.