Gaston, Téléphon!Il y a quatre ans, soit en juillet 2008, nos médias avaient fait une place relativement grande à la décision de Bell et Telus de charger à leurs utilisateurs des frais de 15¢ par texto entrant.  Jusque-là, ils étaient gratuits.

S’en sont donc suivi plusieurs reportages avec des clients mécontents, des groupes de défense des consommateurs outragés et de journalistes scandalisés qui demandaient tous au gouvernement fédéral d’intervenir rapidement dans ce dossier pour mettre fin à l’un des plus grands vols de l’histoire du Canada (j’exagère à peine)…  À l’époque, Thomas Mulcair, franchement débarqué au NPD, avait même fait de cette cause un cheval de bataille…

Où en sommes-nous quatre ans plus tard ?

Non seulement les textos entrants sont gratuits, mais il est possible d’avoir des forfaits pour envoyer un nombre illimité de messages textes pour environ 15$ par mois chez tous les grands fournisseurs, incluant Bell et Telus !

Un bel exemple de la main invisible au travail !  La compétition entre les fournisseurs de services, la messagerie de base gratuite chez BlackBerry et l’arrivée des emails sur les téléphones intelligents ont toutes fait fléchir les prix pour le plus grand bonheur des utilisateurs !

S’il avait fallu que le gouvernement se décide à réglementer le prix des messages textes, on peut parier que les prix n’auraient pas baissé aussi rapidement, lobbying oblige…  Sans oublier qu’il aurait aussi fallu passer à la caisse pour payer les fonctionnaires responsables de la gestion de ce programme.

Remercions le parti conservateur d’avoir résisté à la rhétorique populiste et d’avoir fait confiance au marché !