Le Monde

-

Les viols et agressions de femmes se multiplient place Tahrir, au Caire
Le Monde

Le scénario est toujours le même : une femme, place Tahrir, au Caire, vers la fin de l’après-midi, un jour de manifestation. Elle est égyptienne, ou non, voilée, ou pas. Journaliste parfois, souvent militante. Elle se fraie un chemin dans la foule compacte et chamarrée en compagnie de camarades ou de collègues comme elle transportés par la liesse. Soudain, tout bascule. En quelques secondes, le bain de foule tourne au viol collectif.

Pour l’instant, seules les agressions concernant des journalistes étrangères ont fait l’objet de comptes rendus détaillés. Le 11 février 2011, Lara Logan, une journaliste de la chaîne américaine CBS, a raconté son calvaire en détail après avoir subi ce traitement pendant près d’une demi-heure. Le 24 novembre 2011, une journaliste de France 3, Caroline Sinz, était agressée à son tour. Le 26 juin, le récit bouleversant d’une jeune Britannique, Natasha Smith, étudiante en journalisme venue au Caire réaliser un reportage, a suscité une profonde émotion.

Des dizaines de cas identiques, concernant autant les Egyptiennes que les étrangères, ont été signalés depuis le soulèvement de janvier 2011. C’est peu comparé aux victimes anonymes qui, selon les organisations de défense des droits de l’homme, se sont gardées de se faire connaître et qui refusent de témoigner. Un groupe de femmes venues le 8 juin sur la place pour dénoncer le harcèlement sexuel a été violemment agressé.

Nos carrés rouges devraient se garder une petite gêne quand ils associent le printemps arable au printemps érable… Ce qui vient de « la rue » est rarement civilisé…