Scott WalkerLe Wisconsin a toujours été un bastion de la gauche et des syndicats aux États-Unis, c’est donc avec une certaine surprise que cet État a élu Scott Walker, un représentant du Tea Party, lors de l’élection de 2010.

Dans les semaines qui ont suivi son élection, le gouverneur Walker a immédiatement pris des mesures pour juguler le déficit de 3 milliards de dollars laissé par le précédent gouverneur démocrate.  Considérant que la population du Wisconsin n’est que de 5,7 millions d’habitants, cette somme était colossale.

Pour retourner à l’équilibre budgétaire, Walker a entrepris de changer le code du travail des employés de la fonction publique.  Par exemple, on a réformé les fonds de pension, aboli les cotisations syndicales obligatoires et toute augmentation de salaire des fonctionnaires qui est supérieure à l’inflation doit désormais être approuvée par un référendum. Avec son sévère programme d’austérité, en l’espace de seulement 2 ans le déficit de 3 milliards a été transformé en surplus.

Immédiatement, la gauche s’est mobilisée contre Scott Walker.  Les manifestations se sont multipliées dans les villes et les campus universitaires.  À Madison, la capitale de l’État, on a vu des manifestations de 100 000 personnes.  Toute proportion gardée, c’est l’équivalent d’une manifestation de près de 700 000 personnes à Montréal.  On a même mené une occupation du parlement durant plusieurs semaines.  Imaginez, c’est comme si des gens avaient décidé de rester nuit et jour à l’intérieur de l’Assemblée nationale.  En bref, au Wisconsin on a vu une véritable crise sociale.

La gauche a finalement réussi à amasser 1 million de signatures pour destituer le gouvernement Walker.  Hier se tenait l’élection spéciale qui devait décider si le gouvernement républicain pouvait continuer à gouverner son État.

Le résultat ?  Un taux de participation sans précédent qui s’est soldé par victoire éclatante de Scott Walker avec 54% des votes, en 2010 il avait été élu avec 52% des votes !

Au Wisconsin, on a appris hier que la minorité était bruyante et que la majorité était silencieuse…  J’espère que la gauche québécoise en a pris bonne note…

Ironiquement, cette semaine on a montré à LCN une manifestation de carrés rouges et de casseroles qui s’était déroulée dans la capitale du Wisconsin en appui aux étudiants québécois…

En bonus…