Puisque Nicolas Sarkozy est maintenant disponible, je suggère qu’on le fasse venir au Québec pour mettre un terme à la crise de bacon d’une minorité d’étudiants.