Antagoniste


16 avril 2012

Arguing with Idiots: Richard Latendresse Arguing with Idiots États-Unis

Arguing with IdiotsParlant de la mort de Trayvon Martin, abattu par George Zimmerman, Richard Latendresse a pondu un article dans le Journal de Montréal ayant pour titre « Jeunes Noirs dans la mire » et qui débute de la manière suivante: « la mort de Trayvon Martin, tué par un surveillant de quartier à Sanford en Floride, est tout sauf un incident isolé. Cette menace constante qui pèserait sur les jeunes Noirs américains est à la fois une conviction profonde dans la communauté afro-américaine et une réalité confirmée par les statistiques. »

Ce que le journaleux laisse sous-entendre c’est que des citoyens blancs assassinent les noirs sur une base régulière aux États-Unis, manière très peu subtile de dire que les Américains sont racistes, sauvages et barbares…

Voici ce que Richard Latendresse ne vous a pas dit…

En 2009 (statistiques les plus récentes), 2 867 noirs ont été tués aux États-Unis.  De ce nombre, seulement 209 victimes ont été tuées par un blanc, soit seulement 7,3%.  Dans 90,8% des cas, c’est un noir qui a été reconnu coupable de l’homicide.

Toujours en 2009, 3 518 blancs ont été tués aux États-Unis.  De ce nombre, seulement 454 victimes ont été tuées par un noir, soit seulement 12,9%.  Dans 84,2% des cas, c’est un blanc qui a été reconnu coupable de l’homicide.

Contrairement à ce que laisse entendre Richard Latendresse, les meurtres interraciaux sont très rares aux États-Unis.

Mais ce n’est pas tout.  Voici comment Richard Latendresse a résumé la Loi « Stand your ground », qui a été invoquée par George Zimmerman:

A person […] who is attacked […] has no duty to retreat and has the right to stand his or her ground and meet force with force, including deadly force […].

Voici le texte complet de la Loi (en gras, les sections retirées par Richard Latendresse):

A person who is not engaged in an unlawful activity and who is attacked in any other place where he or she has a right to be has no duty to retreat and has the right to stand his or her ground and meet force with force, including deadly force if he or she reasonably believes it is necessary to do so to prevent death or great bodily harm to himself or herself or another or to prevent the commission of a forcible felony.

Le texte complet est très différent de l’extrait cité par Richard Latendresse.  En fait, la Loi « Stand your ground » représente que le gros bon sens. Il suffit de savoir si les dispositions prévues par le législateur s’appliquent au cas de George Zimmerman, c’est ce qu’on tentera de déterminer durant le procès.

P.-S. Si vous n’avez pas entendu les médias dire que George Zimmerman est un méchant républicain depuis le début de cette histoire c’est parce qu’il est un… démocrate !

Sources:
FBI
Expanded Homicide Data


16 avril 2012

Lisée, prise 12: la dette du Québec Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Dans son dernier livre, Jean-François Lisée s’est donné la difficile tâche de mettre la droite K.-O. en 15 arguments. Pour vérifier si tel est le cas, voici une série de billets qui reprend chacun des arguments avancés par Lisée pour en vérifier la validité. Attention, car la gauche est sur le point d’encaisser une droite !

Affirmation #12 de Jean-François Lisée: la droite ment quand elle affirme que le taux d’endettement du Québec est préoccupant.  Pour Lisée, seule la dette nette est importante et à ce chapitre le Québec fait très bien.

Dans son livre, Jean-François Lisée ne conteste pas que la dette brute au Québec a atteint des niveaux stratosphériques, mais pour Lisée c’est la dette nette qui fait foi de tout.

Vraiment ?

La dette nette représente la dette brute duquel on a soustrait les actifs du gouvernement.  C’est un peu comme si une personne faisant un salaire de 20 000$/an décidait de s’acheter une maison de 500 000$.  S’endetter de 500 000$ pour s’acheter une maison de 500 000$ représente une dette brute de 500 000$, mais une dette nette de…  0$ !

Donc, selon Lisée, la personne qui faisait un tel achat n’a aucun problème d’endettement !  Pourtant, n’importe qui avec un peu de gros bon sens réalisera qu’un tel achat mènera le nouveau propriétaire directement à la faillite, tout simplement parce que les frais d’intérêt se calculent sur la dette brute et non pas la dette nette !  Ce n’est pas un hasard si le concept de dette nette est tout récent au Québec...

De plus, quand on parle de la dette nette, cela sous-entendant que le gouvernement est disposé à vendre ses actifs pour rembourser sa dette, un peu comme si la personne donnée dans mon exemple vendait sa maison pour rembourser son hypothèque.  Or, au Québec nos actifs n’ont pas de valeur monnayable.  Qui voudrait acheter nos ponts, nos écoles ou nos hôpitaux décrépits.   Et Lisée a déjà affirmé que les rares actifs qui ont de la valeur, comme Hydro-Québec, ne sont pas à vendre…  Pas plus qu’on ne peut utiliser l’argent des caisses de retraite pour réduire la dette puisque cet argent est déjà promis à d’autres.

Qu’importe, voici le niveau d’endettement des provinces canadiennes, calculé de trois manières différentes: dette en fonction des déficits cumulés, brute nette et la dette brute:

Lisée Droite

Lisée Droite

Lisée Droite

N’en déplaise à Lisée et à sa secte gauchiste, peu importe la méthode de calcul, le Québec est toujours la province la plus endettée.

La gauche oublie aussi de mentionner l’effet le plus pervers de notre haut taux d’endettement: le service de la dette (qui se calcule, rappelons-le, sur la dette brute).  L’endettement du Québec est comparable à une personne qui aurait une carte de crédit, mais qui ne rembourserait que les intérêts.  L’argent ainsi dépensé est pour ainsi dire « gaspillé », car l’on n’obtient strictement rien en retour.  À quoi bon avoir des actifs si l’on ne rembourse pas sa carte de crédit !

Voici quel a été le service de la dette dans les provinces canadiennes depuis 1989:

Lisée Droite

En 1989, le Québec était la 4e province avec le plus petit service de la dette (3,3% du PIB), devancé uniquement par la Colombie-Britannique, l’Ontario et l’Alberta.  Dans les années qui ont suivi, toutes les provinces ont sensiblement réduit leur service de la dette sauf…  le Québec !  En 2009, nous sommes passés au dernier rang (3,6% du PIB) !

Voici comment a évolué le service de la dette entre 1989-2009:

Lisée Droite

Le Québec est la seule province qui a augmenté le service de sa dette.  Honteux, tout simplement honteux…  Que dire de plus…

Pour terminer, voici la cote de crédit des provinces canadiennes:

Lisée Droite

Concluons simplement en disant que Jean-François Lisée insulte l’intelligence de ces lecteurs dans son livre.

À lire aussi:

Sources:
Ministère des finances du Québec
Budgets 2012-2013

Statistique Canada
Tableaux 384-0001 & 384-0004

Institut de la statistiques du Québec
Comparaisons interprovinciales: les finances publiques


16 avril 2012

Schiste = Futur ! Économie États-Unis Revue de presse

The Wall Street Journal

Oil Fuels Population Boom in North Dakota City
The Wall Street Journal

The fastest-growing small city in the U.S. is Williston, N.D., a longtime railroad outpost 540 miles from the nearest major U.S. sports franchise that has been transformed by the state’s oil boom, according to new Census Bureau data. From April 2010 to July 2011, the population in and around Williston grew far faster than in any other micropolitan area—population centers with at least one urban cluster of between 10,000 and 50,000 people—swelling by 8.8% to 24,374 residents, according to census estimates.

The census figures underline the feverish pace of the North Dakota oil boom, which has attracted hundreds of oil rigs to the state’s northwestern corner and thousands of workers to man them. Since new drilling technologies gave oil companies access to up to 4.3 billion barrels of crude in the Bakken Shale, which stretches across North Dakota, Montana and Canada, the influx of cash and oil has turned the once sleepy area into one of the most bustling regional economies in the country.

While other states are struggling with budget misery, North Dakota’s coffers are overflowing. The state government’s revenue hit $139 million in February—82% more than February 2010, and 58% more than budget officials’ forecast last year. In two years, motor-vehicle excise-tax revenue has more than doubled, while corporate income-tax revenue has increased fivefold.

Qu’ont en commun la France et le Québec ? La langue française et un moratoire sur les hydrocarbures de schiste… Une population unilingue facilement manipulable par les médias écolo-marxistes, puisque les gens n’ont pas facilement accès aux informations diffusées dans la presse anglophone, qui est beaucoup plus balancée que la presse francophone…