À entendre nos politiciens, le registre des armes à feu fédéral est une valeur fondamentale de la nation québécoise qui définit notre identité.

Vraiment ?

Voici un article assez intéressant écrit en janvier 2003:

Le Devoir
Armes: les Québécois défient la loi

C’est au Québec que la proportion de propriétaires d’armes à feu n’ayant pas de permis de possession est la plus élevée. Pas moins de 27,4 % des gens possédant une arme n’auraient pas obtenu un permis de possession, selon le nouveau programme fédéral. Au contraire, en Alberta, la province présentée comme la plus farouche opposante au programme fédéral de contrôle des armes à feu, à peine 7 % des propriétaires seraient encore dans l’illégalité.

Les possesseurs d’armes à feu avaient jusqu’au 1er janvier 2001 pour obtenir un permis.

Le Québec est la province qui était la plus délinquante quant à l’obtention d’un permis de possession pour les armes à feu, ce qui laisse à penser que nous étions aussi la province la plus délinquante pour l’enregistrement des armes.

On peut donc supposer qu’actuellement, les imbéciles qui gouvernent le Québec se battent devant les tribunaux pour mettre la main sur les données les moins précises du registre des armes à feu.  Si jamais, par malheur, le Québec réussit à mettre la main sur le registre, attendez-vous à voir une grande valse des millions pour tenter de mettre à jour ces données périmées.

Tout ça pour tenter de faire croire aux Québécois que nous sommes différents du reste du Canada…  Honteux et dégelasse.