Antagoniste.net » 2012 » avril » 10

Antagoniste


10 avril 2012

La gauche et la droite Coup de gueule Économie En Vidéos Gauchistan Québec

Virage à gaucheDurant le congé pascal, j’ai pu lire un texte assez surréaliste sur le HuffingtonPost Québec qui prétend expliquer la différence entre la gauche et la droite.

Selon son auteur, la gauche c’est un peu comme une classe d’école.  Quand un élève a de la difficulté, le professeur oblige un élève plus brillant à aider celui en difficulté en coupant son temps de récréation.  La droite, ce sont les élèves qui ignorent celui en difficulté pour jouir de toute leur période de récréation.

Explication plutôt faible…

En fait la droite c’est l’élève qui va volontairement prendre de son temps de récréation pour aider l’élève en difficulté sans que le professeur le contraigne à agir en ce sens.  On peut donc dire que ce geste d’entraide sera sincère et motivé par le désir d’aider une personne dans le besoin.

On est loin de la gauche qui oblige un élève à aider un autre.  Une forme d’aide qui, puisqu’elle sera exercée sous la contrainte, n’aura rien de sincère. Et puisqu’il s’agit d’une obligation, on peut présumer que dans la majorité des cas, l’élève aidant n’aura qu’une idée en tête: se débarrasser de sa tâche le plus rapidement possible pour aller en récréation.

En bref, il n’y aura aucune sincérité dans ce geste ni un désir réel d’aider une autre personne.  Tout se déroule sous la contrainte.  On peut se questionner sur les résultats d’un tel système… L’entraide étant non sincère, puisqu’obligatoire, sera inévitablement bâclée et deviendra rapidement un instrument de punition.

Dans les faits, si une classe décidait d’adopter le modèle économique de la gauche, voici comment elle fonctionnerait.

Kévin est un bon élève, il a obtenu 90% dans son examen de mathématiques.  Antoine n’a pas la même facilité, il a dû se contenter d’une note de 40%.  Le professeur ne va pas demander à Kévin d’aider Antoine, la gauche ne croit pas vraiment aux vertus du travail et de l’effort.  Le professeur va plutôt enlever 25 points sur l’examen de Kévin pour les redistribuer sur l’examen d’Antoine.  Au final les deux élèves se retrouvent donc avec la note de 65%.

Vive la redistribution de la richesse, jusqu’au jour où Kévin réalisera qu’au lieu d’étudier, il est plus facile de faire comme Antoine et de profiter du travail d’un autre…

Dans la réalité, voici le résultat de ce gâchis:

P. J. O’Rourke à propos de la charité et du rôle du gouvernement (traduction partielle du texte How to Explain Conservatism to Your Squishy Liberal Friends: Individualism ‘R’ Us):

P. J. O'Rourke

« La charité est l’une des grandes responsabilités de la liberté. Mais, pour que nous puissions être responsables – et donc libre – la responsabilité doit être personnelle.

Il n’y a pas de vertu dans la charité rendue obligatoire par le gouvernement et il n’y a pas de vertu à faire la promotion d’un tel système. Un politicien qui se présente comme étant ‘bienveillant’ et ‘sensible’, parce qu’il veut élargir les programmes sociaux, est simplement en train de vous dire qu’il est prêt à faire le bien, mais avec l’argent des autres! Et un électeur qui se dit fier de soutenir des programmes sociaux vous dit en réalité qu’il est disposé à utiliser son argent pour faire le bien uniquement si le gouvernement le menace d’une arme. »


10 avril 2012

Lisée, prise 11: les payeurs d’impôts québécois Canada Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Dans son dernier livre, Jean-François Lisée s’est donné la difficile tâche de mettre la droite K.-O. en 15 arguments. Pour vérifier si tel est le cas, voici une série de billets qui reprend chacun des arguments avancés par Lisée pour en vérifier la validité. Attention, car la gauche est sur le point d’encaisser une droite !

Affirmation #11 de Jean-François Lisée: la droite ment quand elle affirme que c’est au Québec que l’on retrouve le plus de gens qui ne payent pas d’impôt. Selon les calculs produits par ce dernier, la situation ici est comparable à celle qui prévaut aux États-Unis et dans le reste du Canada.

Selon Jean-François Lisée au Québec il y a 42% de contribuables qui ne payent pas d’impôt contre 46% aux États-Unis et 43% dans l’Ouest canadien.  Le problème avec le onzième chapitre de l’ouvrage de Lisée ?  Il déforme les arguments de la droite pour ne reprendre que ce qui l’arrange.

La droite aime ça quand les gens quand les gens ne payent pas d’impôt, 42% ce n’est pas assez, 100% serait encore bien mieux !  Le problème n’est pas, comme le dit Lisée, la proportion des Québécois qui ne payent pas d’impôts, mais plutôt le fait que ces gens qui ne payent pas d’impôts sont devenus dépendants du gouvernement i.e. ils ne payent rien (ce qui est bien), mais ils reçoivent de généreux chèques du gouvernement (ce qui est moins bien).  On pourrait parler d’un gros système de pot-de-vin légal.

Voici dans quelle proportion le revenu des 20% des plus pauvres au Canada (quintile inférieur) provient de transferts gouvernementaux:

Lisée Droite

En Alberta et au Québec, on retrouve sensiblement la même proportion de gens qui ne payent pas d’impôt.  Par contre, en Alberta seulement 40,3% du revenu du quintile inférieur (les plus pauvres) vient des chèques du gouvernement contre 61,5% pour le Québec.  La différence est là et c’est ce que Lisée n’a pas vu !

Mais vous pensez peut-être que cette redistribution de la richesse si chère aux gauchistes a fait en sorte que les pauvres Québécois sont plus riches que les pauvres Albertains…  Pas du tout, le revenu moyen du quintile inférieur au Québec est de 13 700$ contre 16 784$ en Alberta (ajusté au coût de la vie).

Voici la situation dans les autres quintiles de revenus:

Lisée Droite

Lisée Droite

Lisée Droite

Lisée Droite

Pour redistribuer la richesse, il faut taxer.  Quand on taxe, on nuit à l’économie et quand on nuit à l’économie on s’assure que les pauvres restent pauvres et surtout, on les condamne à être dépendants du gouvernement…  Et les gouvernements adorent les gens dépendants, c’est une clientèle électorale captive…

À lire aussi:

Sources:
Statistique Canada
Tableau 202-0301 & Tableau 202-0701


10 avril 2012

Encore une erreur des réchauffistes Canada Environnement Revue de presse

The Globe And Mail

Healthy polar bear count confounds doomsayers
The Globe And Mail

The debate about climate change and its impact on polar bears has intensified with the release of a survey that shows the bear population in a key part of northern Canada is far larger than many scientists thought, and might be growing.

The number of bears along the western shore of Hudson Bay, believed to be among the most threatened bear subpopulations, stands at 1,013 and could be even higher, according to the results of an aerial survey released Wednesday by the Government of Nunavut. That’s 66 per cent higher than estimates by other researchers who forecasted the numbers would fall to as low as 610 because of warming temperatures that melt ice faster and ruin bears’ ability to hunt. The Hudson Bay region, which straddles Nunavut and Manitoba, is critical because it’s considered a bellwether for how polar bears are doing elsewhere in the Arctic.

The study shows that “the bear population is not in crisis as people believed,” said Drikus Gissing, Nunavut’s director of wildlife management. “There is no doom and gloom.”

Mr. Gissing said he hopes the results lead to more research and a better understanding of polar bears. He said the media in southern Canada has led people to believe polar bears are endangered.

Ça va prendre combien d’erreurs comme celle-ci avant que les réchauffistes admettent que leurs théories ne sont peut-être pas exactes ?