Dans la foulée de la fermeture d’Aveos, cette entreprise avec des installations à Montréal qui faisait l’entretien des avions d’Air Canada, de nombreux médias ont évoqué le danger que cette décision faisait planer sur les clients d’Air Canada.

Pourquoi ?  Parce qu’Aveos va probablement délocaliser ses activités au Salvador.  Pour les médias, il va de soi que les Salvadoriens ne peuvent pas être aussi compétents que des Québécois…  Un jugement plutôt arrogant, comme si les Salvadoriens étaient inférieurs aux Québécois…

Ce qu’il faut savoir c’est que depuis le début des années 2000, les compagnies aériennes ont graduellement délocalisé leurs activités de maintenance dans des pays émergents, notamment en Amérique du Sud et en Chine.  Aujourd’hui, plus de 75% des activités de maintenance des avions sont sous-traités.

Cette décision a-t-elle mis en péril la vie des passagers comme l’ont prétendu nos médias cette semaine ?

Sécurité Aviation

Comme on peut le voir, le phénomène de délocalisation n’a pas été marqué par une recrudescence du nombre de tragédies aériennes.  La campagne de peur des médias n’est donc pas justifiée.

Il est aussi ironique de la part des médias de décrier la décision d’Aveos de délocaliser des emplois canadiens au Salvador, après tout, les médias n’arrêtent pas de nous dire qu’il faut redistribuer la richesse…

Source:
Ascend
2011: safest year on record for air travel