Antagoniste.net » 2012 » mars » 25

Antagoniste


25 mars 2012

Le radicalisme Économie En Citations Philosophie

Hans-HermannHoppe

Citation de Hans-Hermann Hoppe, économiste de l’école autrichienne et professeur au Département d’économie de l’université du Nevada à Las Vegas:

« En fait, il ne faut jamais avoir la moindre hésitation à s’engager dans un radicalisme idéologique. Non seulement tout le reste serait contre-productif, mais plus important encore, seulement les idées radicales, en effet, des idées radicalement simples peuvent remuer les émotions des masses ternes et indolentes. Et rien n’est plus efficace, pour persuader les masses, que de cesser de coopérer avec le gouvernement et que d’exposer de façon constante et sans relâche, la dé-sanctification et le ridicule des gouvernements et de ses représentants comme des fraudes morales et économiques: empereurs sans vêtements sujets au mépris et cibles de toutes les moqueries »


25 mars 2012

L’arrogance Canada Économie En Chiffres Mondialisation

Dans la foulée de la fermeture d’Aveos, cette entreprise avec des installations à Montréal qui faisait l’entretien des avions d’Air Canada, de nombreux médias ont évoqué le danger que cette décision faisait planer sur les clients d’Air Canada.

Pourquoi ?  Parce qu’Aveos va probablement délocaliser ses activités au Salvador.  Pour les médias, il va de soi que les Salvadoriens ne peuvent pas être aussi compétents que des Québécois…  Un jugement plutôt arrogant, comme si les Salvadoriens étaient inférieurs aux Québécois…

Ce qu’il faut savoir c’est que depuis le début des années 2000, les compagnies aériennes ont graduellement délocalisé leurs activités de maintenance dans des pays émergents, notamment en Amérique du Sud et en Chine.  Aujourd’hui, plus de 75% des activités de maintenance des avions sont sous-traités.

Cette décision a-t-elle mis en péril la vie des passagers comme l’ont prétendu nos médias cette semaine ?

Sécurité Aviation

Comme on peut le voir, le phénomène de délocalisation n’a pas été marqué par une recrudescence du nombre de tragédies aériennes.  La campagne de peur des médias n’est donc pas justifiée.

Il est aussi ironique de la part des médias de décrier la décision d’Aveos de délocaliser des emplois canadiens au Salvador, après tout, les médias n’arrêtent pas de nous dire qu’il faut redistribuer la richesse…

Source:
Ascend
2011: safest year on record for air travel


25 mars 2012

L’état, l’ennemie du progrès Économie États-Unis Revue de presse

National Post

Score one for Progress over Bureaucrats
National Post

By the middle of the 20th century, Sears Roebuck had come to town as the nation’s largest retailer, with stores that defined many towns’ downtowns. But in Bentonville, Ark., Sam Walton had an idea for bigger stores on the outskirts of towns. Sears has become a casualty of Wal-Mart’s retailing revolution. Today new mothers sign up at Amazon Mom for regular deliveries of diapers. This is a 21st-century permutation of an innovation in long-distance commerce that began in 19th-century Chicago.

Creative destruction continues in the digital age. After 244 years — it began publication five years before the 1773 Boston Tea Party — the Encyclopedia Britannica will henceforth be available only in digital form as it tries to catch up to reference websites such as Google and Wikipedia.

America now is divided between those who find this social churning unnerving and those who find it exhilarating. Theodore Roosevelt, America’s first progressive president, thought it was government’s duty to “look ahead and plan out the right kind of civilization.” TR looked ahead and saw a “timber famine” caused by railroads’ ravenous appetites for crossties that rotted. He did not foresee creosote, which preserves crossties. Imagine all the things government planners cannot anticipate when, in their defining hubris, they try to impose their static dream of the “right kind” of future.

Il est toujours fascinant de constater que la gauche, que l’on dit pourtant progressiste, est réactionnaire quand il s’agit de faire face au processus de « destruction créatrice » propre à nos économies.