Antagoniste


7 mars 2012

La culture des subventionnés Coup de gueule Gauchistan Québec

GloutonSelon le comédien subventionné Claude Legault, les étudiants devraient se mettre à renverser des bagnoles (sauf la sienne probablement) pour se faire entendre par le gouvernement…

Le même Claude Legault était à Tout Le Monde En Parle dimanche soir pour faire la promotion d’un film qui dénoncent, entre autres choses, les gens qui détournent l’argent des contribuables pour leur fin personnel…  Un acteur subventionné qui joue dans un film subventionné pour dénoncer ceux qui remplissent les poches avec l’argent des contribuables…  Peut-on imaginer une situation plus ironique ?

M’enfin, dans cette entrevue Claude Legault a déclaré que pour les besoins de ce film, il a dû prendre 16 livres.  Vous pensez que môôôsieur Legault s’est acquitté de cette tâche en mangeant dans un McDonald’s ?  Pas du tout, le McDonald’s c’est bon pour la plèbe.  Claude a plutôt déclaré à Guy A. Lepage qu’il avait augmenté son tour de taille en prenant deux mois de vacances en Europe. Vacance durant laquelle il a, selon ses dires, bu et mangé comme un porc…

On peut se payer combien de sessions d’université avec l’argent nécessaire pour passer deux mois de vacances en Europe pour manger et boire comme un porc ?

Cette question me semble pertinente quand l’on sait que le salaire de Claude Legault doit trouver sa source dans les poches des contribuables…  Claude Legault a la cause des étudiants à cœur ?  Alors je l’invite à faire des pressions auprès du gouvernement pour que l’on réduise les subventions aux artistes.  Au lieu de donner les moyens aux artistes de se faire engraisser en Europe, on pourra réinvestir ces sommes dans les universités.

MISE-À-JOUR


7 mars 2012

Ça vient toujours de la même poche Coup de gueule Économie En Chiffres Gauchistan Québec

Hier, le ministère des bandits à cravate i.e. l’agence du revenu du Québec était fier de nous annoncer qu’elle avait réussi à détrousser plus efficacement les contribuables québécois.

Parmi leurs victimes, on compte les restaurateurs québécois chez qui le fisc a volé 102 millions de dollars.  Cette extorsion a été rendue possible par l’installation obligatoire d’un module d’enregistrement et d’émission de facture dans les restaurants qui élimine les possibilités d’évasion fiscale.  Ce module de contrôle a été installé graduellement depuis septembre 2010 pour être finalement obligatoire dans tous les établissements en novembre 2011.

La majorité des gens vont probablement se réjouir de cette situation en s’imaginant que le gouvernement prend enfin les moyens pour que tout le monde paye sa juste part d’impôts et de taxes.  Malheureusement, les gens qui ont raisonné de cette façon n’ont pas pris le temps de réfléchir à la question.  Ils n’ont pas réalisé que les compagnies ne payent pas d’impôts ou de taxes, ce sont leurs consommateurs qui héritent de la facture.

Pour preuve, voici comment a évolué le prix des aliments consommés dans les restaurants depuis septembre 2010, date à laquelle le module a été progressivement installé:

Le Gouvernement Nous Vole

Depuis septembre 2010, l’inflation dans les restaurants canadiens a augmenté de 4,2% alors que l’inflation pour les aliments achetés en magasin a été de 6,2%.  Au Québec, l’inflation dans les restaurants a été de 6,0% contre 5,3% pour les aliments achetés en magasin. En bref, au Québec c’est l’inflation dans les restaurants qui a le plus augmenté alors qu’au Canada c’est le prix des aliments achetés en magasin qui a connu la hausse la plus forte.

On peut aussi voir qu’au tout début du graphique, l’inflation dans les restaurants canadiens et québécois était relativement semblable.  Mais, au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, et qu’un plus grand nombre de modules a été installé, l’inflation dans les restaurants québécois distance celle des restaurants canadiens.  À partir de novembre 2011, quand le module est devenu obligatoire partout, l’écart s’est encore plus creusé, et ce, même si le prix des aliments a beaucoup plus augmenté au Canada qu’au Québec.

Plus spécifiquement, voici la situation depuis novembre 2011:

Le Gouvernement Nous Vole

Le prix des aliments acheté en magasin a évolué de manière presque identique au Canada et au Québec.  Par contre, le prix dans les restaurants a augmenté presque 3 fois plus au Québec qu’au Canada !

Ce que ces deux graphiques tendent à démontrer c’est que le 102 millions de dollars récupéré par l’installation du module n’a pas été absorbé par les restaurateurs, la facture a plutôt été refilée aux consommateurs qui doivent désormais payer plus cher.  L’argent vient toujours de la même poche, la nôtre.

Voilà qui nous rappelle, comme je l’écrivais plus tôt, que les compagnies ne payent ni impôt ni taxes, ce sont leurs clients qui doivent acquitter la facture.  Quand des gens exigent que l’on augmente les taux d’imposition des corporations, ils militent en fait pour une augmentation sournoise de la fiscalité des particuliers, le cas des restaurants québécois est un excellent exemple.  On pensait éliminer de l’évasion fiscale alors qu’en réalité on a augmenté la fiscalité des citoyens ordinaires.

Source:
Statistique Canada
Tableau 326-0020


7 mars 2012

La fabrication d’un scandale Canada Coup de gueule Revue de presse

The Globe And Mail

If robo-calls were meant to keep voters away, they failed miserably
The Globe And Mail

Tales of voter suppression in the last federal election have emerged across the country. But while ridings alleged to have been targeted by these tactics were won by smaller margins than those not implicated, an analysis of these ridings indicates voter turnout was higher, not lower, than elsewhere in Canada.

An analysis of these ridings shows turnout averaged 61.6 per cent, slightly higher than the 60.9 per cent average turnout in ridings where no allegations of impropriety have been reported. If we only focus on the ridings in which allegations of misleading robo-calls have been made, the turnout averaged 62 per cent.

Compared to 2008, turnout increased by 4.7 per cent in these ridings. It increased by only 3.9 per cent in ridings that have not been implicated in the scandal. Turnout in neighbouring untainted ridings does not seem to have been significantly different. If these allegations of voter suppression tactics are indeed true, they do not appear to have been very successful.

The average margin of victory in 2008 in ridings where no allegations have been made was 10,927 votes and 25 percentage points. In ridings where allegations of misleading calls have been made, that margin was only 6,191 votes and 14.2 percentage points, not dissimilar from the 2011 results.

Pourquoi ce genre d’analyse est absente dans les médias du Québec ? Poser la question c’est y répondre…