Big BrotherLe projet de Loi C-30, qui vise à accorder de nouveaux pouvoirs d’enquête relatifs à l’internet, notamment en permettant d’obtenir des informations sans avoir obtenu un mandat de la cour, a fait couler beaucoup d’encre au Québec.  Notre colonie journalistique a, non sans raison, dénoncé la dérive autoritaire qui accompagne nécessairement ce genre de mesures.

Mais nos journaleux, si prompts à déchirer leur chemise chaque fois qu’il est question des conservateurs, ont encore une fois dérapé.  Par exemple dans les pages de Devoir on a pu lire que ce projet de loi était une illustration du « fossé qui s’élargit sans cesse entre les visions progressistes et conservatrices de la société, particulièrement au Québec ».  Une manière de dire que les Québécois avaient une vision radicalement différente des méchants rednecks obsédés par la loi et l’ordre.

Vraiment ?

Un sondage Angus Reid publié vendredi dernier nous a appris que le Québec est la province qui s’oppose le moins à l’adoption du projet de Loi C-30.  Seulement 40% des gens interrogés estiment que cette loi ne devrait pas être adoptée.  À l’opposé du spectre, l’Alberta est l’une des provinces qui s’opposent le plus à l’adoption de ces mesures controversées. Pour 61% des Albertains, ce projet de loi devrait être défait, seules les provinces de l’Atlantique s’opposent dans une plus grande proportion (65%).

À titre indicatif, lors de la dernière élection, l’Alberte est la province qui a voté en plus grand nombre pour les conservateurs (66,8%) alors que le Québec est la province où les conservateurs ont récolté le moins de suffrages (16,5%).  Voilà qui contraste fortement avec la vision que nos journaleux ont du Québec et de l’Alberta…

Quand il est question de défendre la liberté, ils semblent que les rednecks soient des alliés plus fiables que les Québécois…  Devrait-on s’en surprendre ?

D’ailleurs, Ezra Levant, qualifié de babouin par Patrick Lagacé, a mené une entrevue très serrée avec le ministre Vic Toews au sujet du controversé projet de loi:

Pas mal pour un babouin dont le seul talent serait de lancer des bananes à des incultes qui votent conservateur (dixit Lagacé).  M’enfin, force est de constater que les babouins et les insultes ont plus de jugement que pas mal de Québécois…

Est-ce qu’un journaliste québécois aurait été capable de talonner le ministre Vic Toews comme l’a fait Ezra Levant ?  J’en doute, ici la gauche chiale dans la superficialité alors que les Canadiens ont la chance d’avoir des « babouins » qui sont capables de débattre en profondeur.